Forum de la mairie de Sancerre RR



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26, 27, 28  Suivant
AuteurMessage
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 3 Sep 2009 - 1:01

La nuit passa, calme, sereine et dans un silence envoutant, juste interrompu par quelques mots susurrés et accompagné du chant de leur souffle et des battements de leur cœur.

Nul besoin de parler. Savourer la présence de l'autre, se laisser entrainer dans des gestes simples, écouter leurs pensées respectives et permettre à leurs sens de se calmer, de faire preuve de patience fut la teneur de cette nuit brève mais oh combien magique.

Un rayon de soleil vint lui titiller les yeux qu'elle ne voulut pas ouvrir trop vite, désireuse de conserver, bien ancré en elle, le souvenir de cette première nuit passée chez l'homme dont elle s'amourachait.

Lentement, elle dirigea sa main à côté d'elle, tâtant les draps... Rien... elle ne le rencontra pas. C'est alors qu'en ouvrant les yeux, elle se rendit compte qu'elle se trouvait dans un grand lit... seule.
Elle sourit, se rappelant ce qu'il avait dit quelques heures plus tôt, à savoir qu'il lui cèderait sa chambre et qu'il dormirait sur le divan.
Il avait donc respecté ses paroles...
Mais alors.... elle fronça les sourcils
Comment se fait-il que tu sois ici et que tu ne te souviennes nullement de la façon dont tu y es arrivée? Oh lala, j'espère que la gnôle....

Un peu honteuse, elle souleva délicatement les draps pour voir si... et poussa un
OUF de soulagement en découvrant son corsage et ses jupes toujours intactes... le tout un peu chiffonné, certes, mais en place!!

D'humeur joyeuse, elle se leva, ouvrit grand la fenêtre et observa un instant les Sancerrois qui déjà s'activaient.
Quelle heure pouvait-il bien être? Elle savait avoir mille choses à faire mais ne se pressa pas. Passant la main dans ses cheveux en bataille, les pieds nus et les habits froissés, elle rejoignit celui qui faisait battre son cœur...


Coucou jeune sire! Bien dormi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Ven 4 Sep 2009 - 17:45

Enfin, enfin depuis pres d'un mois voir plus il réussit enfin à dormir. Mais qu'est ce qui provoqua ce changement?

Il se leva au petit matin et passa à sa forge travailler la commande de la mairie.
Il entendit du bruit à l'étage, il retira son tablier de forgeron et passa dans la grande salle.

Jehane descendait les escalier et cherchait Asta du regard. Lorsqu'elle l'apperçut elle li sourit et s'approcha de lui.


Ou oui, j'ai bien dormi, pour le première fois depuis fort longtemps. Et vous même.

Il accompagna les paroles par un baiser du matin. et l'invita à s'assoir.

Que buvez vous le matin? J'ai du lait, de la tisane puis apres c'est de l'alcool... Mais pour le matin c'est un peu fort.

Sourir en coin, il s'affera a preparer un petit quelque chose pour remplir ces estomacs qui grondaient silencieusement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Ven 4 Sep 2009 - 18:26

Brrrr de l'alcool, non pitié, pas ça!!

Un bol de lait, du pain et du miel, si vous en avez, feraient l'affaire.
J'ai une faim de loup,
dit-elle en s'approchant de lui à nouveau et en l'enlaçant. Et à son oreille, elle ajoute en riant: Je vous mangerais bien tout cruuuuuuuu.

Curieusement, elle le suivit dans ses déplacements, observant la place de chaque objet, se disant que demain, elle se lèverait tôt pour lui préparer le petit déjeuner.

Assise à table, elle se régalait autant de son pain trempé dans le lait que de l'observation qu'elle faisait de l'homme en face d'elle et qu'elle trouvait beau, attirant, attachant.

Elle rompit le silence.


Dites-moi, hier, j'ai trouvé le chemin de la mairie et j'en ai profité pour m'y présenter et pour demander l'adresse de l'université. Par contre, même en étant inscrite, je n'ai pas eu l'accès au planning des cours dispensés. Comment vais-je pouvoir rencontrer les professeurs ou éventuellement enseigner, dans ces conditions?

Elle lui prit alors la main et dans un élan de tendresse lui posa une question cruciale:

Me permettez-vous d'encore profiter de votre hospitalité, le temps de me familiariser avec Sancerre?


Dernière édition par Jehane le Dim 27 Sep 2009 - 17:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Dim 6 Sep 2009 - 0:30

Les deux l'un en face de l'autre pendant ce petit dejeuner, les regards se croisaient dans le silence, des echanges de sourir complices venaient animer ce silence.
Elle prit alors la parole, surement que le silence devait etre trop pesant pour elle


Huuum pour l'université? faut que vous dema au recteur, sinon si vous l'avez deja fait, patientez un peu, on dit qu'il dort beaucoup sur ses dossiers...

Elle ne le laissa pas finir sa question que deja elle s'approcha de lui, lui prennant la main et le regarda avec des yeux qui le firent fondre. IL était pret a dire oui a tout à ce momet precis. Ecoutant la moitié de la question il repondit ensuite.

J'espere que vous ne vous familiariserez ps trop vite alors avec Sancerre...
Ma chambre est à vous


Finissant la dessus, il se plongea dans le regard de Jehane avant de lui voler un baiser, puis il se leva pour ramasser les couverts

Vous etes ici chez vous, alors ne vous genez pas...

La matinée était bien entamée. Il fallait maintenant se mettre à la tache des corvées journalières. Enfilant son foulard sur la tête il ouvrit la porte.

Excusez moi de vous laiser, mais le devoir m'appelle... Faites comme chez vous, a moins que vous ne desiriez m'accompagner?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Dim 6 Sep 2009 - 0:59

Attendez!!! Partez pas si vite, donnez-moi cinq minutes et je suis à vous....Heu, pardon, je vous suis, si vous voulez bien m'attendre!

Elle voulut tourner les talons pour se précipiter puis se ravisa.
Elle avança vers lui, calmement, réajusta son bandanas, passa une main fragile sur sa joue puis, lui offrit un doux baiser en guise d'au revoir.


Bonne journée à vous.Tout compte fait, j'ai bien envie de paresser ce matin. Je vous rejoindrai plus tard et si je ne vous trouve pas et bien, je visiterai Sancerre!

Alors qu'il s'éloignait, elle le regardait lui adressant de petits signes de la main.

Appuyée contre la porte qu'elle venait de refermer, elle jeta un œil dans la salle et se mit à imaginer les changements qu'elle y ferait.
Elle ne traina point, changeant tantôt un meuble de place, inversant tantôt les cadres au mur ou choisissant d'autres emplacements pour certains bibelots de décoration...
Une fois la nouvelle mise en place terminée, elle entreprit d'aérer toutes les pièces, de donner un coup de balai, d'épousseter les meubles puis enfin, de voler quelques fleurs dans le jardin voisin pour remplir un pot de terre qu'elle déposa au centre de la table.

Elle admira son œuvre avec le sourire qu'elle gardera tout au long de la journée.

Le temps était vite passé et un petit panier sous le bras, elle s'en alla en direction du marché, avec en tête, le menu du soir...
Elle trouverait bien quelques coupes d'étoffe pas trop onéreuses afin de réaliser nappes et napperons qui égaieraient la maison...


Dernière édition par Jehane le Lun 7 Sep 2009 - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Dim 6 Sep 2009 - 23:37

Une journée à la mine, le reste du temps libre à flanner à la mairie pour donner son point de vue et des conseils à ceux qui le demandaient et le voila sur le chemin du retour pour rentrer chez lui.

Quel stupefaction lorsqu'il ouvrit la porte et s'apperçut que tout avait changé de place.


Norf, j'ai été cambriollé et en plus de ça ils ont fait le menage avant de partir. Ce sont des professionnels comment je vais voir qu'il me manque quelque chose maintenant qu'il ont tout changé de place.... Et ... et ...

Il regarda autour de lui, recherchant une certaine presence vivante.

Mon dieu, Jehane a été kidnappé.

Il claqua la porte de chez lui et fonça au service de police de Sancerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 8 Sep 2009 - 17:14

Après s'être fait prendre en flagrant délit d'espionnage, Jehane s'en rentra sagement en la maison d'Astaroth, non sans avoir fait un crochet par le marché.
Sortant du panier, les quelques denrées qu'elle venait d'acheter, elle songeait à ses amis Lili et Vince qui vraiment avaient en eux un potentiel insoupçonné de ressources. Où allaient-ils chercher leurs idées et surtout l'énergie et la force pour les mettre en application?

Le ragoût de viande aux légumes de saison mijotaient dans le chaudron et parfumait la pièce de ses épices rares dont elle avait le secret.

Sa bonne humeur s'agrémentait d'un ancien chant populaire italien, celui-là même que lui chantait sa grand-mère quand elle était enfant.

L'heure tournait et étonnée qu'il ne fut pas encore de retour, elle dressa la table, n'oubliant pas d'y ajouter la carafe d'un vin qu'elle voulait lui permettre de goûter: le Vully, un vin bien de chez elle...

Elle patienta alors dans le jardin où la fraîcheur du crépuscule la vit se replonger dans les montagnes qui entouraient son village natal....


Dernière édition par Jehane le Dim 27 Sep 2009 - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 21 Sep 2009 - 15:52

Elle rentrait de retraite, affaiblie, très affaiblie même. A croire que les curés avaient senti qu'elle n'adhérait pas à leurs idées et qu'ils avaient refusé de la nourrir!
Elle avait erré dans les rues de Sancerre à la recherche de quelque denrée alimentaire et avait fini par s'arrêter sur les bords de la Loire afin de respirer à grands coups cet air vivifiant qui lui rendait le goût de la liberté.
Dans sa besace, du courrier qu'elle n'avait pas encore eu le temps de lire.
Trois missives lui venaient de Murten: Mimi, la tribun, Rayanha, l'ancienne greffière et amie était de retour après une très longue retraite et Tudieu, le nouveau conseiller aux festivités s'inquiétaient de son état de santé et réclamaient qu'elle revînt parmi eux.
Elle sourit dans son désarroi: c'était si bon de savoir que quelqu'un pensait à elle...
Deux autres missives: Steffy qui, par l'intermédiaire de la loi martiale lui conseillait de quitter Sancerre dans les 24 heures, sous peine de prison... Aucune compassion, pas un petit mot personnel... N'était-elle pas la sœur de l'homme pour qui Jehane avait tout quitté?
Ysabeau, fidèle à elle même, aimable, courtoise et qui lui signalait qu'elle appuierait une éventuelle demande d'autorisation de séjour auprès du Duc ou du Prevost...
Elle rit, du fond de sa détresse, elle rit de bon cœur en lisant le nom du Messire Horvy...
Comme si LUI, la grosse barrique, vulgaire et hautain allait lui donner une quelconque autorisation! S'abaisserait-elle seulement à le lui demander? Certes non!
Elle roula tous ses parchemins qui rejoignirent sa besace puis se mit à rêvasser...
N'avait-elle pas écrit à Asta, juste avant sa retraite? Où était-il? Que faisait-il? Quelle était sa position vis à vis de leurs amis communs? Allait-elle devoir quitter Sancerre sans le voir, sans lui avoir parlé, sans connaître son avis sur les derniers événements?

Ce fut avec un cœur gros comme une pierre qu'elle se traîna jusqu'au Rempart des aristotéliciens...


Pas l'ombre d'une présence. Elle s'installa sur le fauteuil juste face à l'âtre où elle ajouta une bûche et se mit à répondre au courrier d'Ysabeau dans un premier temps...


Citation :
Bonjour Ysabeau.

Merci de ta gentillesse.
Je sors à peine de retraite, affaiblie et désorientée par la tournure des événements.
J'ignore encore ce qu'est cette loi martiale, qui la proclame, ce qu'elle dit et qui se cache derrière elle.
J'ai eu très peu de temps pour pouvoir connaître Sancerre à fond et je croyais vraiment pouvoir y accorder mon énergie à mon retour. Malheureusement, vu les circonstances, je décide en mon âme et conscience de suivre mes amis. Je ne m'étais encore jamais rendue compte, en si peu de temps, à quel point l'être humain est capable du pire pour un peu d'orgueil et, osons le dire, un peu de pouvoir. Je ne suis pas aussi déçue que toi mais crois-moi que je ne suis pas mécontente de quitter Sancerre car certaines personnes sentent vraiment trop mauvais. Je pense que c'est précisément mon recul qui me permet de dire ça.
Enfin, je n'ai vraiment pas envie de polémiquer, c'est peine perdue et de toute façon, je n'ai pas le temps.

En tout cas, je te remercie pour tout et surtout pour ton accueil. Tu fais partie de ceux qui peuvent vivre heureux car tu n'attends rien des autres. Tu donnes et ne demandes rien en échange. Je suis comme ça aussi, je ne suis pas déçue mais je ne suis pas en admiration devant ceux qui ont joué double jeu face à mes amis chers.
Sache que je considère ce procès comme une vaste mascarade qui risque de coûter très cher à mon ami et que c'est une véritable honte pour les Sancerrois que je croyais plus intelligents.

J'aurais aimé que tout se passe mieux, sans mesquinerie, sans bassesse et sans hargne.


Voilà, j'aurais aimé te connaître mieux.
Un jour peut-être....

Au revoir chère Yasabeau.

Jehane.

Une missive était posée sur la table. Astaroth lui avait donc écrit.
D'une main tremblante, elle déroula le parchemin...

Ainsi, il savait qu'elle venait de rentrer et s'étonnait de ne pas la voir.
Savait-il seulement que ce soir elle ne serait plus là? Savait-il qu'elle n'avait pas la choix? Savait-il que la loi martiale jetait purement et simplement les étrangers hors de Sancerre?

Elle reprit la plume et écrivit à l'intention d'un homme pour qui elle avait tout abandonné et de qui elle n'était en droit d'attendre quoi que ce fut.




Citation :
Très cher Asta.

Vous vous étonez de ne pas me voir depuis mon retour.
Sachez que je ne suis revenue que depuis hier, très tard, que j'ai erré dans les rues et que je n'ai vu que mon amie Lili.
J'ai lu le compte rendu du procès intenté contre Vince: quelle mascarade, quelle honte pour tous les Sancerrois que je croyais intelligents! Si les jours de mon ami n'étaient pas en danger, j'aurais pu rire d'un tel procès mais voilà, la mesquinerie, l'orgueil et la bassesse de deux dames qui s'y croient risquent fort de porter atteinte à quelqu'un que j'aime et ça, c'est grave! Je ne suis pas déçue car pour une déception, il faut être en attente de quelque chose et de ce genre de personnes, il serait très mal venu d'attendre quoi que ce soit et surtout pas une preuve de leur intelligence!
Par contre, je suis déçue car je viens d'apprendre que vous ne quitterez pas Sancerre.
Il me restait ce tout petit espoir...
Je ne demande rien, je n'exige rien, je ne ferai aucune allusion à l'amour que je vous porte et à l'avenir que j'avais cru voir se dessiner pour nous.
Vous faites vos choix, je n'ai pas l'occasion de faire les miens.
Je pense que vous êtes assez grand pour comprendre que quelque part, il y a eu une volonté d'évincer deux personnes et par la même occasion, une troisième qui est moi.
Le Duc et le Prevost sont des gens qui se donnent la main et je suis bien obligée de les mettre dans le même sac, comme ils le font avec moi par rapport à Lili et Vince.

J'ignore si je survivrai au long voyage qui m'attend car je suis à bout de force.
Je n'ai guère le temps de me refaire une santé et encore moins le temps de réfléchir et de tergiverser. Les heures sont comptées si je ne veux pas croupir en prison! (Je ne leur donnerai pas cette joie).

Sachez que je vous ai aimé à la seconde où vous m'êtes apparu... Ce souvenir restera gravé dans ma mémoire et dans mon cœur.

Je vous souhaite tout le bonheur du monde quoi que vous fassiez.


La plume glissa de ses doigts, le parchemin resta en équilibre sur son genou avant de tomber lentement sur le sol...
La tête de jehane s'inclina sur le bord du fauteuil...
Elle s'endormit, épuisée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi7022
Nouveau citoyen
Nouveau citoyen


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 21/09/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 21 Sep 2009 - 16:55

Toc ,toc bonjour Messir suis venue prendre des nouvelles de mon amie Jehane
j'espère que je ne vous dérange pas trop ,si vous saviez le mal que j'ai eu d'arrivée jusqu'ici et de plus elle me manque tellement bouf ,quand j'ai vu dans la douane sa mort snif .
Jehane repose toi bien fais attention a toi et sois très heureuse du fond du cœur .
Gros bisous mimi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 21 Sep 2009 - 22:25

Le nuit était tombée depuis deja quelques temps. La lois martiale avait été prononcé et son devoir de defenseur civil prennait le dessus sur ses responsabilités au sein de la mairie.

Cette lois martiale qui mettait dehors tout ceux qui n'etaient pas Berrichon.

Encore une guerre... pfffff

Il passa sa journée à passer de bureau en bureau à la recherche de quelqu'un qui pourrai lui rendre service. Le bureau de police, la douane pour finalement arriver dans un vieux local desafecté ou il semblerai que personne n'est mis les pieds.

Finalement dans l'ombre il vit une personne sympathique qui accepta l'aider. Lui donnnt les noms des personnes a contacter il le remercia en lui lançant un écu puis il s'empressa d'envoyé un courrier à la première personne.

La reponce fut rapide. Il repondit a e nouveau courrier et quelques heures apres, il obtenu ce qu'il cherchait.

Le voila maintenant devant chez lui. Une lumiere vive traversait les fenetres. Il y avait quelqu'un, non deux personnes chez lui. Il entra a pas de velour et croisa une jeune femme qui sortit hativement le croisant et s'enfonçant dans le noir des rues Sancerroises.

Il s'approcha de la jeune femme assise dans le fauteille et prit la missive qu'elle avait commencé à rediger. Les yeux parcourerent rapidement le parchemin, puis il le chiffonna et le jeta au feu, deposant ensuite le courrier qu'l avait reçut, écrite de la main du Duc.


Citation :
Moi George le poilu, duc de Berry, accorde dérogation à la loi martiale à la gazoute Jehane, compagne du sancerrois Astaroth, étant entendu que ce dernier s'est engagé à répondre de sa personne des actes commis par elle.

fait à Bourges ce 21 septembre de l'an de Pâques 1457

George le poilu
Duc de Berry


Puis lentement et delicatement il deposa un baisé sur les levres de Jehane et il lui murmura ensuite à l'oreille

heureux de te revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 21 Sep 2009 - 23:26

Le baiser qu'elle reçut avec tant de délicatesse aurait dû durer une éternité... Était-ce le dernier?

heureux de te revoir

Elle ouvrit les yeux et le vit devant elle, souriant.
Elle l'attira vers elle et déposa ses lèvres sur les siennes.
Prolongement du baiser si fut trop bref et qu'elle voulait savourer après une longue séparation.


Heureuse aussi de te retrouver Asta, même si c'est pour t'annoncer mon départ.

Le regard qu'elle posa sur le parchemin qui portait le sceau du Duc fut triste et désespéré.

Je crois qu'il est trop tard Asta, nous partons cette nuit pour Murten où j'ai des affaires à régler.
Toutefois, je te remercie pour ce geste, tu as tenu ta promesse.


Elle demeura silencieuse, son regard se noyant dans celui de l'homme qu'elle connaissait encore si peu...


Dernière édition par Jehane le Dim 27 Sep 2009 - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 22 Sep 2009 - 0:08

Le visage d'Astaroth se decomposait peu à peu au fur et à mesure que Jehane parlait

On a toujours le choix.

Mais souviens toi d'une chose importante pour moi, le pacte que nous avons conclut.

Je te laisse partir, si tu reviens à Sancerre.

Ensuite laissons nous le temps de decider pour nous. Peser le pour et le contre ensemble, pas chacun de son coté.
Car ensemble on fera les bons choix.


Se laissant le temps de reprendre sa respiration, il reprit ensuite.

Il y a une chose que je n'ai put te dire avant mais que la je me sens pret à te dire...

Je... Je t'aime


Il laissa ensuite le silence s'imposer entre eux deux, profitant de ça pour embrasser sa douce Jehane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 22 Sep 2009 - 15:06

Le baiser qu'ils partagèrent était sincère et plein de fougue. Cette sincérité, ressentie pour la première fois jusque dans le bas de son ventre, la bouleversa.
Comme elle eut soudain l'envie de reculer! Elle maudit intérieurement cette retraite qui l'avait terriblement affaiblie et qui l'empêchait de prendre les bonnes décisions.
Pour la première fois de sa vie, Jehane était vulnérable...
Elle parla alors sur un ton calme.


Je reviendrai Asta, je t'en fais la promesse.
Je suis faible, pardonne-moi. Je ne laisserai pas tomber mes amis, pas maintenant.
Trop de mauvaises choses se sont produites à Sancerre en mon absence et dès mon retour, je me suis retrouvée au pied du mur, non pas par mes amis mais par le Duc et sa loi qui me rend malade.
Oui... on a toujours le choix...
Elle sourit...J'ai déjà entendu ça quelque part... Et ce choix, je l'ai fait en mon âme et conscience.
D'ici mon retour de Murten, il peut se passer beaucoup de choses à Sancerre et il se peut aussi que tu entres, sans le savoir, dans les manipulations de certaines personnes.

Je reviendrai, Asta, car je t'aime, moi aussi...


Sur cette dernière parole, elle l'embrassa avec tout l'amour qu'elle put lui transmettre, attrapa sa besace qu'elle accrocha à son épaule et lui caressant la joue, elle réitéra sa promesse avant de s'éloigner dans le noir...


Sur les chemins:

Un pigeon se posa non loin d'elle.
Une missive d'Asta l'attendait. Elle se hâta de dérouler le parchemin et de lire.
Les mots sentaient la colère, le désarroi. pourquoi fallait-il qu'un homme se sente menacer pour avouer son amour avec tant d'élan?
Elle ne jouait pas les départs pour obtenir des preuves d'amour. Bien au contraire, pour elle, tous ces événements étaient loin d'être un jeu!
Elle l'aimait et elle le lui prouverait...
Elle profita d'une halte pour lui répondre.


Citation :
Mon très cher Asta.

Ne jette pas la faute sur autrui. J'ai fait le choix de partir.
Je sais, vu les circonstances, cette décision n'est pas la meilleure mais je l'assume.
La loi martiale oblige un départ plus que précipité des étrangers sous peine, s'il vous plait, de prison! Bien entendu, tu m'as soutenue en me procurant un permis de séjour que jamais je n'aurais obtenu par mes propres moyens. Cependant, que fait un autre étranger qui n'a pas de soutien et qui se voit obligé de partir alors que le Duc, lui-même sait que les frontières lui sont fermées? Prévoir, me diras-tu? Oui, prévoir, écrire à la Duchesse de Bourgogne pour demander un laisser-passer. Et qu'advient-il de cet étranger quand on sait que sa Grâce la Duchesse a certes autre chose à faire que de distribuer des laisser-passer à des étrangers qu'elle ne connait pas? Quand cette Duchesse ne prend pas la peine de répondre au courrier alors qu'elle sait très bien qu'une loi mariale donne 24h pour déguerpir?
Nous sommes en arrêt sur un nœud de Bourgogne, sans laisser-passer et sans savoir à quelle sauce nous allons être mangés! Tout ça pour un Duc et une Duchesse qui se remplissent le ventre pendant que de simples citoyens sont dans l'embarras? Que la honte soit sur eux, je te le dis!

Oui Asta, je suis en colère, pas après toi, mais après ce système inhumain!
Encore une fois, tu vas me dire qu'il existe des alternatives, c'est vrai, mais quelles sont-elles? Celles de profiter de qui pourra me pistonner, me donner des faveurs parce qu'il connait Pierre, Paul et Tartempion! Vois-tu, je ne mange pas de ce pain là! Non, Asta, je suis trop entière, trop droite sans doute. Je dis merci à ce qui est humain et je dis... à ce qui ne l'est pas, au risque même de ma propre vie.

Je te parle de ma vie car en fait, j'ai peur. Oui, pour la première fois, j'ai peur, peur de mourir (mon état empire), peur de te perdre.
Donc, si Dieu le veut, je reviendrai car je t'aime Asta, du plus profond de mon être.
Je veux te le prouver et te soutenir dans tes démarches car je crois en toi.

Jehane.



Elle regarda le pigeon s'envoler dans la nuit noir. Un frisson la traversa... Était-ce la fièvre, le froid humide ou la peur qui l'assaillait, elle n'aurait pu le dire, mais les larmes coulaient à flots et ça, ça ne faisait pas partie d'elle....


Dernière édition par Jehane le Dim 27 Sep 2009 - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 22 Sep 2009 - 23:09

La voila qui partait. Une autre séparation, la troisième s'il comptait bien.
Alors qu'elle avait franchit la porte et quitté Sancerre, Astaroth se rememora les quelques mois passés.

Trois séparation en effet.
La première, leur départ respectif, chacun pour ses histoires personnelles. Lui sa filleule, elle un homme à Murten.
La deuxieme, y'a une dizaine de jours pour une retraite necessaire pour elle
La troisième, aujourd'hui...

Peu de temps apres son depart, il lui envoya un pigeon ou il reçut reponce assez rapidement. Puis des MeSaNges vinrent extirper Astaroth de sa solitude. La première pensée fut tournée vers Jehane mais finalement ce fut les mesanges d'Ondeline et Vincelian. Drole de conversation:
"Viens avec nous ou tu perdras Jehane"
Etait ce Jehane qui parlait par l'intermediaire de Vince et Lilie? Et sa promesse de revenir? Etait ce du vent? Lorsque les mesanges arretèrent de chanter, il s'empressa d'envoyer un autre pigeon à Jehane, pour mettre les choses au clair avec elle.


Citation :
Ma douce Jehane

Je t'ecris car je suis vraiment perdu.
Les mesanges d'Ondeline et Vincelian ont chanté ce soir chez moi, mais un air qui me plait guère. Un air different de ce que tu m'as chanter jute avant ton départ et dans le courrier precedent les mesanges.

"Soit je vous suis, sois je te perds"

Voila ce que m'ont chanté les mesanges. Elles m'ont également dis que c'etait pas du chantage... Mais j'arrive pas à voir cela autrement.
Je ne te citerai pas toute la melodie, mais je voudrai te demander une chose.

Pourrai tu me chanter l'air que tu m'a chanté plusieurs fois, celui ou tu dis que tu reviendra ou celui ou tu dis que tu m'aimes.
Chante le moi, si c'est vraiment ce que tu penses.
Je ne doute pas de toi, vraiment pas, mais tout comme toi j'ai peur.

A plusieurs reprises tu as fait allusion a ton état qui empirait en parlant également de mourir. Je m'inquiete vraiment pour toi, dis moi ce qu'il en est, dis moi tout.

Je t'aime ma douce Jehane.
Asta.

Il envoya le pigeon puis se posa dans le fauteuil attendant une eventuelle reponce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mer 23 Sep 2009 - 14:52

Juste avant Dijon, elle reçut une nouvelle missive d'Asta.
Sa grande faiblesse ne lui permit pas de s'arrêter, bien trop pressée d'arriver en lieu sûre afin de se reposer.
Ce fut donc à son réveil que, l'esprit un peu plus clair, elle put de se rendre compte qu'Asta se posait plein de questions sans pour autant répondre vraiment à sa missive.
Une fois de plus, elle prit la plume et lui adressa les mots qu'elle essaya de rendre réconfortants.


Citation :

Mon tendre amour.

Je vais te chanter la chanson que tu désires entendre: " Je reviendrai, je reviendrai, je reviendrai. Une promesse est une promesse. Je ne parle pas dans le vide, sache-le.
A aucun moment je n'ai remis notre relation en question. Au contraire, mon plus grand désire est d'apprendre à mieux te connaître. Ma grande envie est de marcher à tes côtés, sans te lâcher la main. Mais toi, ne lâche jamais la mienne Asta, ne me tourne pas le dos, n'oublie jamais que j'existe et que je suis prête à tout sacrifier pour toi sans quoi, oui, je m'en irai et jamais plus tu n'entendras parler de moi.
Ce n'est pas un ultimatum, c'est ma façon de réagir. Je ne suis pas compliquée, j'ai juste besoin de savoir que j'existe pour toi, que je ne suis pas un bibelot acquis.
L'amour s'entretient, se bichonne et se voit.

Mes amis sont mes amis et ce qu'ils disent leur appartient. Si je ne suis pas d'accord, j'en parle en toute franchise. Si mes paroles te concernent, c'est par ma bouche que tu les entendras, pas par l'intermédiaire de quelqu'un d'autre.
Est-ce que tu veux bien me faire confiance?

J'ai eu un gros problème de mal nutrition pendant ma retraite (les curés ne m'aiment décidément pas!). Seule Lili a compris que je mourais. Alors, elle m'a sauvé la vie en m'apportant quelques bouts de pain et de viande. Mes amis moratois, je ne sais comment, ont eu vent de mon état et me soutiennent par missives. Ils m'attendent, pour me choyer, pour prendre soin de moi.
Tu me connais un peu et tu dois savoir que je ne suis pas en attente de reconnaissance, de services, de..... mais le fait de savoir que je compte pour mes amis, ça m'a beaucoup aidée, à défaut de sentir si je comptais pour toi...

Mon tendre, cesse de te poser mille et une questions à mon sujet. Comprends que je n'ai qu'une parole. Je ne suis pas de celles qui aiment bien et châtient bien.

Nous en reparlerons et à mon retour, si tes sentiments n'ont pas changé, si une belle ne t'a pas fait tourner la tête, alors, nous pourrons voir l'avenir venir, côte à côte.

Toutes mes meilleures pensées volent vers toi.

Jehane.



Dernière édition par Jehane le Dim 27 Sep 2009 - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mer 23 Sep 2009 - 19:59

En milieu de matinée, un pigeon vint se deposer sur le rebord de le fenetre de sa forge. Il n'y avait pas d'alerte aujourd'hui alors il travailla chez lui pour le compte de la mairie.
Une journée complete venait desécouler et deux nuits depuis le départ de sa douce et tendre.
Relachant ses outils, il tenta d'attraper le pigeon. Mais cette bete la était témeraire, pas facile à attraper. Elle s'envola dans la forge et alla se poser sur une poutre à 2 metres au dessus de sa tête.


Norf de norf saleté de volatile, viens ici... ou je te fais rotir à la broche

La lutte fut longue et intensive et Astaroth passa le reste de la matinée à tenter d'attraper ce pigeon.
La fin de la lutte fut brutale. Le pigeon se posa au sol pour manger deux grain de maïs qu'Asta venait de déposer. Astaroth se rua sur le bestiaux et l'attrapa de ses deux mains. Mais le piaf ne se laissait pas faire et lui picorait les mains. Il placa alors la bestiole sur son enclume, prit son marteau et PAN sur le maudit pigeon. Mort la bestiole. En meme temps Astroth prononça des paroles profondes envers ce pigeon.


Dodo...

Il s'empara alors de la missive et entama la lecture.
Melange de deception de lui meme envers lui même et de sourire. Il avait eut raison de ne pas douter d'elle, mais en meme temps se sentit bete d'avoir posé la question.
Il prit un temps pour relir la partie qui parlait de son état de santé. Comment avait il put rater ça. Ne pas l'avoir remarquer.
A son tour, il prit de quoi ecrire.


Citation :
Ma douce Jehane.

Pour commencer, merci. Merci d'avoir evincer une peur de mon esprit. Cela me soulage, mais pas assez pour vivre sereinement jusqu'à ton retour.
Les sacrifices que tu as deja fait pour moi m'ont fourdroyé le coeur et rien que ça aurait dut me faire comprendre ton amour envers moi.

Ma confiance envers toi, elle t'ai aquise depuis le debut, et je regrette deja de t'avoir fait penser que j'aurai put douter de toi.

Pour la suite, j'attendrai, comme nous avons attendut plusieurs semaines deja lorsque nous avions nos problemes respectifs à regler.

...
...

Je ne sais que dire d'autre à part que je suis nul. Nul de ne pas avoir remarqué que tu n'etais pas au meilleur de ta forme. A croire que je ne te regarde pas me dira tu... mais pas du tout.
J'ai passé pres de 10 jours à attendre, inquiet, à me demander si Noirlac n'allait pas à nouveau garder sous verrou un de ces penssionnaire. Tu sais, cette abbaye ou nos amis ce sont mariés peut etre mortelle. Beaucoup d'amis ont perdu la vie las bas, abandonné par les moines, et j'avais peur.
La seule chose que je voulais, c'etait de te voir, et ce fut exaucé, mais j'ai dut resté sur ça, d'autant qu'en même temps, tu m'annonçais ton départ et mes pensées étaient tournées sur vers qui je devrai me tourner pour t'avoir le laissez passer.
Bref, je suis pas un fin physionomiste, mais je saurai l'etre, pour toi.

Je n'ai pas l'intention de te laisser de coté, et je ne te demande pas de faire d'autres saccrifice pour moi. Ceux que tu as deja fait son suffisant, largement et c'est à moi d'en faire pour toi.

Je t'aime, et je croise les doigts pour vous trois, sur les routes.
Mon corp est ici, mes mon esprit est avec vous.

Asta.

PS: tu remarquera que le pigeon est different du tiens. L'autre etait peu coopératif, j'ai dut usé de la manière forte...
PS bis: embrasse Ondeline pour moi. Sans elle je t'aurai perdu, et je m'en serai rendu compte que quelques mois plus tard.

Il se rendit au pigeonnier et chercha un pigeon assez endurant pour parcourir les distances qui s'agrandissaient jours apres jours, heures apres heures, pas apres pas.
Apres quelques minutes de recherches, il en trouva un assez costaud, au plumage parfait, pas de trace de bataille entre pigeon et assez gras pour suporter de long trajet.
Il lui attache le parchemin à la pate et le laissa s'envolé en direction de Dijon, esperant qu'ils ne soient pas deja partit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 24 Sep 2009 - 17:21

Nœud au Nord-est de Dole.

Une main chaude et réconfortante vient de se poser sur le front de Jehane couchée dans la charrette depuis leur départ. Elle ouvre un œil et le referme aussitôt: la lumière du jour est aveuglante. Une deuxième main glisse sous sa nuque et lui soulève la tête avec une infinie délicatesse, alors que sur ses lèvres le contacte alléchant d'une substance sucrée l'incite à ouvrir la bouche et à avaler presque goulûment le miel qu'on lui présente avec tant de bienveillance. Elle se lèche les babines puis entrouvre enfin ses paupières lourdes...
Gépa, le vénérable Gépa est parmi eux et prend soin d'elle. Pouvait-elle rêver mieux?
Un sourire des deux côtés en guise de bonjour et de bienvenue dans la charrette des "enfants terribles"...


GEPA: Dame Jehane, un volatile vient d'arriver pour vous.

Il l'aide à se redresser et c'est avec le sourire qu'elle s'assoit, les jambes croisées, avant de recevoir l'oiseau dans ses mains.

Le pigeon qui lui apporte la dernière missive d'Astaroth est gros et gras mais cela ne l'empêche pas d'être éreinté. Elle décide donc de le garder auprès d'elle pour le soigner.
Elle utiliserait Adam, le vaillant faucon qui ne demandait qu'à voler plus loin que dans les alentours aériens de leur charrette! Elle prierait, bien entendu pour qu'Asta ne lui coupe pas la tête!

Aujourd'hui, elle se sent mieux et son était de "très fatiguée" est pour elle comme une résurrection!
Lili a tout prévu: un arrêt pour manger, pour permettre à Jeje de se dégourdir les jambes calmement et aussi, tout ce qui lui faut pour répondre à Asta.
Ce que Jehane fait d'ailleurs avant toute chose...


Citation :
Astarothounet! (heu heu)

Te lire me met d'humeur joyeuse en cette belle matinée qui me voit choyée par mes amis. Je me sens un peu mieux, mon état de santé semble s'améliorer de jour en jour. Bon, d'accord, je ne cours pas après les lapins mais enfin...
Je suis heureuse d'apprendre que nos pensées se rejoignent en constatant que nous commençons à parler le même langage. Je souris car c'est vrai que je me suis demandée si parfois tu m'écoutais ou si tu me voyais...
Oui, je te taquine... Nous avons tout le temps d'apprendre à nous connaître et surtout à nous plaire.

Je crois que nous devons une fière chandelle à Lili qui m'a sauvé la vie et aussi à Gépa qui est en possession d'un miel magique (^^)! Il a fait des merveilles, tu sais? Quant à Vince, et bien lui, il chante tellement bien que je ne peux m'empêcher de me plaquer les mains sur les oreilles pour éviter à ma pauvre tête d'éclater!

Voilà, ils sont là, fidèles à leur amitié et c'est bon.

C'est bon mais est-ce suffisant? Tu me manques Asta, tu me manques terriblement et cette absence me fera sans doute rentrer plus vite que prévu. Encore faudrait-il que les Ducs et Duchesses ne fassent plus de zèle. Nous ne prendrons plus de risques!

Demain, nous devrions être à Pontarlier d'où, bien entendu, je t'enverrai des nouvelles.

En attendant, sache que tu es dans mon cœur et que je t'y tiens bien au chaud.

Avec tout mon amour.

Jehane.



Elle regarde béatement le faucon qui déploie ses ailes et qui, en quelques battements seulement, est déjà haut dans le ciel pour ne plus devenir qu'une petite tache noire se dirigeant vers le Berry...


Dernière édition par Jehane le Dim 27 Sep 2009 - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 24 Sep 2009 - 21:21

A Sancerre

Les allers retours entre la mairie, le bureau de communication du duché, le pigeonnier pour esperer trouver des contrats et la garnison, bref, Astaroth s'occupait au maximum pour tenter de combler, veinement, le manque dut à l'absence de sa douce.
Il rentra chez lui, en fin d'apres midi pour se reposer et apperçut un oiseau qui lui était tres familier. Celui la même qui avait effectuer plusieurs aller retour entre Jehane et lui lorsque tut les deux était sur les routes. Le faucon tounoyait dans les airs, attendant patiement le receveur. Astaroth entra dans sa maison et pris le gant en cuir épais que Jehane lui avait confectionné.
Il se saisit d'un petit morceau de viande qu'il plaça entre son pouce et son index. Il sortit de chez lui le bras dans le dos et cherchant du regard le faucon, il tendit son bras devant lui, laissant apparaître le petit morceau de bidoche.
Le faucon entamma un piqué vers Asta puis a seulement quelques centimetre de lui, il sortit ses serres et vint se poser, tout aussi delicatement que lourdement sur le bras d'Asta. Le faucon se saisit du morceau de viande pendant qu'Asta lui cacha la tete avec un petit morceau de cuir prevut à cet effet.
Il se saisit du parchemin et entra dans sa demeure pour lire. Il posa le faucon sur la table.

A la lecture, un large sourir s'afficha, elle allait beaucoup mieux, ce qui le rassura, un poids en moins, un soulagement. Il prit alors sa plume et lui repondit


Citation :
Ma toute belle

Je suis rassuré, vraiment, de te savoir en meilleur forme. Vraiment je me sens nul de ne pas avoir remarqué ton etat de santé.

Je fais confiance à Vince et Lilie, tu es entre de bonnes mains, bien que j'aurai preferer venir avec toi, mais mes responsabilités m'en empeche. Je me suis noyé dans le travail en t'attendant et la aussi, je me noie a nouveau dans les responsabilités pour tenter de cacher le vide que represente ton absence. Vous me manquez terriblement et je commence a me demander si je fais bien de continuer a travailler pour attendre, des responsabilités entrainent d'autre responsabilités ce qui oblige, involontairement, à negliger ceux qu'on aime, et je t'aime, mais je veux pas te negliger.

Vivement la fin de cette troisieme séparation, la derniere de notre vie j'espere au plus profond de moi. Une quatrieme pourrait etre fatale pour moi. Je perds une partie de moi chaque pas que tu fais en t'eloignant de moi. Vivement ton retour.

Tu hantes mes pensées et ton image reste impregné dans ma memoire.

Je t'aime ma Jehanenette (heu heu)

Ton Astarothounet...

La missive redigée, il l'attacha à la pate du faucon et en profita pour attacher un morceau de tissus rouge autour de son cou. Le meme ruban qui les relia lorsque tous les deux etaient en voyage chacun de leur coté.

Il ota ensuite le cache de la tête du faucon et sortit avec. Debout sur son bras, le faucon regardait le ciel, la direction a prendre. Astaroth regarda le faucon, et donna ensuite une impulsion, faisant s'envoler cet oiseau majestueux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Ven 25 Sep 2009 - 22:56

Une journée. une journée complete sans nouvelle de sa douce. Pourtant, une mesange l'avait avertit qu'elle serait dans l'incapacité de lui repondre, mais quand même, il s'inquietait. Et si il était arrivé quelque chose?

Non non, il ne leur est rien arrivé. Vince, Ondeline, Jehane, il peut rien leur arrivé à eux trois. Ils sont immortels ces trois la réunit. Oui c'est ça, immortels.

Mais la tentation était trop gande, il fallait lui écrire. Sortant de sa forge il chercha de quoi ecrire et redigea une courte missive.


Citation :
Ma douce Jehanenette

Comment ce passe la route?

Tu me manque, terriblement, ton absence se fait de plus en plus ressentir chaque jours qui passe. Mais ce qui me pese le plus, c'est de rester sans nouvelles de toi. Pourtant une de tes mesange m'a avertit, mais quand même, c'est dur à vivre.

Je t'aime, du plus profond de mon etre.

Ton Astarothounet.

Pas de faucon cette fois. Juste un pigeon. Quand allait il arriver a destination?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 26 Sep 2009 - 1:27

Elle avait très peu de temps et ne se permit qu'une courte halte pour envoyer des nouvelles à Asta. Elle devait impérativement rattraper ses amis...

Elle récupéra enfin Adam qui avait dû la chercher en repérant leur charrette mais voilà... elle n'était plus avec le groupe mais seule sur la route...


Citation :
Asta, mon aimé.

Aux dernières nouvelles, j'ai perdu mes amis... Enfin non, ce sont eux qui m'ont perdue.
Je te rassure tout de suite, je vais bien, je connais cette route et ma santé est nettement meilleure. J'ignore si c'est Lili ou Gépa qui a dû faire un horrible cauchemar, mais ce que je peux te dire, c'est que pendant mon sommeil, des pieds m'ont poussée, j'ai roulé dans la charrette et boum... par dessus bord, comme un gros paquet! Le temps de réaliser ce qui m'arrivait, j'ai crié mais personne ne m'a entendue. Faut dire que Vince chantait à tue-tête (tu le connais?).
Au petit matin, je me suis retrouvée sous un gros arbre et parfaitement abritée par un buisson bien fourni. C'est là que j'ai réalisé que je n'avais pas fait un mauvais rêve de chute mais que la réalité était bien là: j'étais seule!
Dieu merci, lorsque je dors dehors, je ne me sépare jamais de mon épée et de ma besace qui reste accrochée à mon cou, quoi qu'il arrive.
Il me reste juste une miche de pain et un épis de maïs pour subsister jusqu'à Pontarlier où je suis censée retrouver Lili, Vince et Gépa.

Merci pour tes missives qui me donnent beaucoup de courage et surtout la motivation pour avancer vite (et vite revenir, surtout!)

Prends soin de toi comme je prends soin de moi, en l'honneur de nous deux.

Tu occupes toutes mes pensées.

Jehane amoureuse.

Heuuu, tu récupéreras tes deux pigeons en même temps car je les soigne d'abord.
C'est la raison pour laquelle je t'envoie Adam. Emmène ton gant partout avec toi^^.

Encore une chose: embrasse Ysa pour moi et dis-lui que je l'aime beaucoup et que j'apprécie tout ce qu'elle a fait.





Dernière édition par Jehane le Dim 27 Sep 2009 - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 26 Sep 2009 - 19:24

Quittant la place publique quelques instants pour se reposer, il apperçut le bel et majestueux Adam tournoyer autour de la place.

Norf le gant...

Trop tard le faucon entamma deja son piqué vers Asta.
Santant que ce moment allait etre tres douloureux, il tendit quand meme son bras nu en l'air pour l'acceuillir.
Les serres ouverts penetrèrent les muscles de l'avant bras d'Asta. Il poussa un gémissement de douleurs et une grimasse se dessina sur son visage.

Laissant quelques seconde passer, le temps de se remettre de cette douleur, il en profita pour rentrer chez lui, detachant le massage de la pate du faucon.
Arrivé chez lui, il déposa le faucon sur la table et avant de derouler le parchemin, il se fit un bandage au bras, pour ne pas tacher la missive.

La lecture commença et c'est avec surprise qu'il appris la nouvelle.
La voila seule a present. Norf de norf.

Il redigea à son tour une reponce


Citation :
Ma bien aimée.

Que me raconte tu? Toi, seule sur les routes?
Cette idée m'inquiete au plus haut point. Soit prudente, prend soin de toi, ne prend pas de risque inutile, ne parle pas aux etrangers, n'accepte aucune nourriture d'un etranger... Je veux pas qu'il t'arrive quelque chose, je iens trop a toi pour te perdre.

Quand tu retrouvera Vince, Lilie et Gepa, demande leur d'etre un peu moins negligent la prochaine fois et surtout à Vince de se taire, je comprends ta souffrance rien qu'en l'immaginant en trein de chanter.

Pour moi, pas de soucis a se faire. L'inquietude premiere est pour toi.
Soit en sur, je prendrai le gant que tu m'a confectinné, j'ai fait l'erreur de receptionner Adam sans gant aujourd'hui. Mais pas de soucis, juste des trous dans le bras.

Jet'aime et ton absence me pèse.

Ton Asta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Dim 27 Sep 2009 - 17:33

En terre d'Helvétie, entre Grandson et Lausanne.

A peine arrivée à Pontarlier, elle avait juste eu le temps de récupérer quelque forces en mangeant et buvant dans une taverne déserte, que déjà, ayant retrouvé ses amis, elle avait dû embarquer dans la charrette et reprendre le chemin vers Murten.

Dès la première halte, elle n'hésita pas à reprendre la plume.


Citation :
Mon Asta adoré.

J'ai enfin retrouvé mes amis et nous voilà en terre helvète dont je reconnais le parfum! Qu'est-ce qu'elle sent bon, notre bonne terre!

Cette fois, je me suis installée à l'avant de la charrette afin d'éviter tout danger d'expulsion mais bon... il n'en reste pas moins que ce n'est pas la meilleure place: elle est en ligne directe avec le postérieur du cheval et ses boulets de canon, avec l'odeur en prime... crois-moi, c'est décoiffant! Enfin... ça fait partie des aléas des voyages!

Ici, nous ne nous éterniserons pas. Juste le temps de grignoter un peu, de nous rafraîchir au ruisseau, de t'écrire puis, nous repartons aussitôt pour nous arrêter une journée à Fribourg où nous serons demain à l'aube.

J'espère que tu gardes un espoir pour nous deux et je te rappelle que tu peux me faire entièrement confiance.

J'ai appris qu'une guerre risquait d'éclater aux frontières du Berry. J'ose espérer et je prie pour qu'on t'évite de prendre part au combat. Si tu devais suivre un quelconque bataillon, j'en mourrais.

Prends grand soin de toi et n'oublie pas qu'une femme éprise (et bien prise!) fait partie de ta vie dorénavant.

Je t'envoie mes plus douces pensées.

Ta Jehane.

(Récupère tes deux pigeons que j'ai requinqués)


Jehane embrassa la tête de son faucon après avoir accroché la missive à sa patte et après lui avoir noué un ruban rouge autour du cou (ce qui d'ailleurs ne lui faisait pas vraiment plaisir).
C'était toujours un vrai ravissement de le voir tournoyer dans le ciel...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Dim 27 Sep 2009 - 22:22

En milieu de soirée un cri perçant vint troubler le calme qui venait de s'installer à Sancerre. Le faucon planait autour des remparts des Aristoteliciens attendant Astaroth devenu fauconnier en herbe.

Il prit le gant en cuir épais et sortit pour receptionner le messager à plume.

La piste d'atterissage dégagé et équipé, le volatile entamma sa descente et sortit ses pates d'atterissage. Aussi precisement que brusquement, les pattes d'atterissage touchèrent la piste et l'emplumé s finit son long et éreintant voyage.

Le petit cache en cuir sur les yeux, Astaroth rentra l'oiseau chez lui et une revision complete et un plein vinrent redonner un gout de neuf au faucon.

Astaroth déroula le parchemin et entamma la lecture.

Jehane était bel et bien en pleine forme. Plus de soucis a ce faire, du moins à ce sujet. Il prit alors sa plume etrepondit au courrier.


Citation :
Ma douce Jehane

Je suis heureux de savoir que le convoit d'anges heureux a été reformé au complet et qu'il est en bon chemin.
Peut etre arriverai je a dormir sur mes deux oreilles cette fois.

Pour la guerre, le Duc lui même est venu me voir, étonnant mais vrai, pour me demander de partir à Bourges defendre le Berry.
Mais je me suis lancé juste avant sa demande à la mairie de Sancerre une nouvelle fois et je me dois de tenir cet engagement. Chose qu'il a compris d'ailleur.
Mais si je ne m'etais pas lancé à l'assaut de la mairie, peut etre bien que j'aurai rejoint les soldats à Bourges. Mais avec des "si", Paris serait en bouteille.

Et en Helvetie. Comment ça se passe? As tu recroisé des amis? Une rumeurs circule qu'il y aurait des cas de peste. Je sais plus de qui j'ai entendu ça. Si c'est vraiment le cas, j'espere de tout coeur qu'il ne t'arrivera rien. Annonce moi que tu es dans l'incapacite te déplacer à cause de la peste et je rapplique aussitot, quitte à laisser la mairie en plan.

Prend soin de toi et rassure toi, je ne t'oublie pas, cela ne risque pas. Je t'aime et rien ne pourra changer ça.

Ton Asta

Le message rédigé, le faucon requinqué, le massage repartit dans la foulée. Le faucon semblait pressé de rejoindre sa maitresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 28 Sep 2009 - 9:42

Fribourg.

Taverne municipale: Jehane admire la propreté du lieu. Pas âme qui vive, il est tôt mais le menu est tant alléchant qu'elle se laisse tenter. Au diable les dernières piécettes qui tintent au fond de sa bourse, le civet de cerf, ça va la requinquer!
Une chopine, deux chopines, trois chopines.... elle rit... le groupe approche du but. Demain: Murten, dernière destination avant un nouveau départ.
Quelques jours pour récupérer ses affaires, refaire le plein de victuailles, organiser leur retour... Chaque soir et chaque matin elle prie pour que les frontières soient ouvertes et les chemins sécurisés, pour qu'une guerre n'éclate pas dans le Berry, pour que rien n'altère un amour naissant; elle prie pour tous ceux qu'elle aime...

La tavernière vient de débarrasser les restes de son repas. Elle pose devant elle son nécessaire d'écriture et rédige quelques missives. Pfiouuu, c'est qu'elle a accumulé du retard et entre Sancerre, Grandson et Murten elle a de quoi s'occuper toute la matinée.
Elle garde la meilleure, la plus agréable pour la fin, celle qui va lui donner du baume au cœur pour le reste de la journée: la missive consacrée à celui qui fait battre son cœur...


Citation :


Mon grand amour.

Nous voilà à Fribourg. C'est comme si nous étions arrivés et déjà, j'imagine le clocher de mon village se dessiner au loin...
Je n'en reviens pas de la vitesse à laquelle je me suis rétablie. Crois-tu que Gépa détient quelque pouvoir de guérisseur? Je suis sûre que son miel y est pour quelque chose... mais bon, il vaut mieux ne pas parler de magie.

Tu n'imagines pas comme je suis heureuse d'une chose qui m'a, au départ, profondément perturbée: ta candidature à la mairie! Oui, Asta, d'emblée j'avais pensé que ta démarche était un bon prétexte pour ne pas m'accompagner et aujourd'hui je me dis qu'il n'y a pas de hasard. Cette nouvelle élection va sans doute te sauver la vie. Jamais je n'aurais voulu te voir partir en guerre.

Crois-tu qu'un jour nous aurons l'occasion de nous poser, ensemble? De nous retrouver, toi et moi, pour vivre ce que nous n'avons pas pu vivre encore: un moment de vrai quiétude, au coin de feu, au bord de l'eau ou que sais-je?....

Là, je ris devant ma missive car je me dis qu'il serait sans doute nécessaire de nous isoler au fond d'une grotte et de nous faire passer pour morts, si nous désirons nous accorder quelques heures de paix... et encore!!!

Parfois je pense: "Mais Jeje, où mets-tu les pieds encore?" Puis je me dis que je veux tenter l'expérience... L'expérience Asta... tout un programme, à mon avis!

Tu vois, tu occupes mes pensées, encore et toujours et crois-moi, tu n'es pas prêt de les quitter. Tant pis pour toi (hihihi)

Je t'aime, voilà bien un mot difficile à prononcer et pourtant.....

Ta Jehane.

Heuuu, Vince et Lili ont tout fait pour moi. Je leur en suis reconnaissante et il devrait en être d même pour toi.



Elle range dans sa besace tous ses effets personnelles, règle son du et salue la tavernière avant de sortir.
Dans le ciel, elle le voit... il n'est jamais bien loin au-dessus d'elle.
Elle regarde à gauche et à droite (ce qu'elle fait n'est pas très élégant) et, l'indexe de chaque main porté à la bouche, elle prend une profonde inspiration pour siffler après Adam qui ne se fait pas prier.

Aujourd'hui, son faucon a deux missions: Asta et Ysabeau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 28 Sep 2009 - 21:13

Encore une journée passée sans sa douce qui faisait battre son coeur.

La soirée precedente ne fut pas des meilleures. Asta fit ses au revoirs à Ysabeau, sa grande amie depuis plusieurs années maintenant car le Duc l'appella a joindre les armées pour defendre le Berry.

Asta repensait a toute cette histoire de guerre, et pour lui beaucoup de choses se tramait dans le dos des Berrichon. Mais quoi?

Assis à sa table, il attendait le couperet de minuit qui annoncerai la fin d'une journée sans sa douce et le début d'une nouvelle.
Mais le faucon annonça son arrivée non loin des remparts et Astaroth se precipita pour le receptionner. Manoeuvre habituelle, Astaroth receptionna les deux (?) missives.

Une lui était adréssée et l'autre était pour Ysa.

Il libera le faucon de son fardeau et l'emmena chez lui. Norf, comment Ysa allait elle recevoir cette missive.
Apres lecture de son courrier, il siffla un pigeon afin que celui ci ralie Sancerre et Bourges, ville ou se trouvait Ysa.

Ceci fait il repondit à sa douce aimée.


Citation :
Ma toute belle.

J'ai bien eut reception des deux courriers et j'ai transmit celui destiné à Ysa. Malheureusement, Ysa ne se trouve plus chez elle, de moins pour le moment.
Je sais pas si tu le sais, mais Ysa est une noble du Berry. Elle le montre tres rarement mais elle est noble. Sa noblesse l'oblige a porter allégence au Duc en place et à le soutenir lors d'un conflit.
Nous sommes en periode de conflit et notre Duc a decidé de promulguer la levée de Ban. Ysa a donc pris la route hier au soir pour Bourges. Rassure toi, un de mes pigeons est allé la retrouver et elle est en compagnie d'ami qui sont partit eux aussi pour proteger Ysa.

Je me sens inutile, franchement. Alors que vous trois semblez etre heureux de retrouver Murten, alors que mes amis sont fiers d'aller defendre le Berry, moi je patiente betement, chez moi, a attendre qu'une journée se termine pour laisser place à une autre et ainsi de suite.
Ce hasard comme tu dis, je le maudit, car au final, je n'aurai rien fait à part attendre.
Vince et Lilie ont peut etre raison, je sais pas finalement. Je n'ai qu'une hate, te revoir a mes cotés pour m'aider a reflechir sur notre situation, a trouver le bon chemin pour que tu sois heureuse.
Ca je ne veux qu'une chose, ton bonheur.

Oui en effet, il est vraiment temps que nous nous isolions nous deux, mener notre vie a nous, sans penser du quand dira t on. Sans penser à la guerre, à la politique, au voyage, juste penser à nous.

Comme tu le vois, le morale n'est pas vraiment u beau fixe de mon coté, mais c'est pas grave, j'ai chercher cette siituation et peu etre que même eloigné, cette experience nous rapprochera encore plus.

Je t'aime, et je peux t'asurer que tu ne regretera pas l'experience Asta. J'ai entendu dire une fois.
"Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais"
Je sais plus qui a sortit ça une fois, mais il devait avoir raison. Une folie s'ouvrait à moi, te suivre aveuglement, mais je l'ai pas fait, et je le regrette. J'ai l'intime conviction qu'en te suivant, je n'aurai rien eut à regretter, mais il est trop tard pour regretter.

Ton esprit et ton ame habite mon coeur et ma tête. Je t'aime ma douce.

Ton Asta

Soupirant, Asta enroula le parchemin et l'accrocha à la pate d'Adam.

Allez mon ami à plume, va rejoindre celle que j'aime.

Et en seulement quelque batement d'aile, le faucon s'envola et s'eloigna de Sancerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 25 sur 28Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26, 27, 28  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soirée du Vendredi 27 aout 2010 chez Blutch
» Quelques "Case Blue" chez MMP
» du nouveau chez ubisoft
» Un elfe chez les nains
» Envoi de SMS gratuits depuis Chez Patapwet avec Google Agenda !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la mairie de Sancerre RR :: Village de Sancerre :: Habitations de Sancerre-
Sauter vers: