Forum de la mairie de Sancerre RR



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27, 28  Suivant
AuteurMessage
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 29 Sep 2009 - 12:58

Murten... son lac.

La route est longue, périlleuse en ces instants de trouble qui touche les Duchés traversés, mais Ondeline, Vincelian, Gépa, Arthur et Jehane ont foulé le sol helvète sains et saufs.
Les voilà aux portes du village de leur destination: Murten.
Gépa et Arthur se font une joie de visiter ce lieu qu'ils ne connaissent pas.
Vince et Lili, en quête de Tam prennent la direction du Miroir des Cimes.
Jehane, elle, n'a qu'une envie: toucher l'eau du lac, s'enivrer de sa beauté, plonger dans le récit des histoires qu'il a à lui raconter.

Oui, aussi étrange que cela puisse paraître, le lac parle et elle l'a toujours su l'entendre.
Cette étendue d'eau calme dans laquelle nuages et visages se reflètent est le miroir des espoirs et désespoirs de ceux qui s'y sont abandonnés.

D'un pas prudent et léger, elle évolue jusqu'à la fin du ponton où elle avait l'habitude de se s'installer, les pieds frôlant la surface luisante. C'est là qu'elle déversait ses peines ou ses joies, c'est là qu'elle se confessait ou qu'elle attendait des réponses, c'est là, qu'immanquablement, se déroulait un étrange échange...

Les souvenirs, innombrables, affluent vers elle. Des visages se dessinent, ceux des êtres disparus, ceux des hommes qu'elle a aimés, le sien... pas celui qu'elle a à ce moment précis mais le visage d'une Jehane tourmentée, empreinte de questions sans réponses, submergée par le désarroi.

Curieusement, elle ne se laisse pas porter par ces souvenirs, au contraire elle leur sourit, comme s'ils ne faisaient que passer, juste pour lui rappeler que la voix vers la sérénité est longue et difficile.
Aujourd'hui, le lac lui parle d'accomplissement, de joie de vivre, de grande curiosité, d'expériences à tenter...
A l'instant même il lui propose de poser ses pieds au sol et elle comprend que désormais, c'est sur la terre ferme qu'elle marche, en toute sécurité, sans peur et sans rancœur...

C'est donc le moment pour elle de décider, de se prendre en main, d'aller de l'avant...

C'est toujours ici qu'elle a trouvé réponse.

Le lac parle, offre de merveilleux cadeaux et même s'il est un mystère pour tant d'êtres, il faut savoir que chacun possède, à l'intérieur de lui, la clé de ce mystère...

Le lac de MORAT est une porte ouverte derrière laquelle se cachent les solutions...

Elle se lève. La fatigue semble l'avoir quittée. L'énergie circule, elle la sent dans chaque cellule de son corps.

Aujourd'hui, elle est légère mais est prête à soulever des montagnes...

Le jour n’est pas encore levé, qu’importe, la lune, pleine et joyeuse lui offre les quelques reflets de lumières suffisants pour lui permettre d’envoyer à Asta les dernières nouvelles.


Citation :


Mon doux trésor.

Je réceptionne à l’instant un Adam encore vif malgré ce long voyage. Les nouvelles qu’il m’apporte me laissent un peu perdue.
Je ne veux pas que tes journées soient teintées de regrets. Tu as fait des choix et je suis certaine que ce sont les bons ! Surtout, ne te sens pas inutile. Certes certains sont au front, d’autres protègent leur ville et il est clair que si je n’avais pas été jetée de Sancerre, je serais à tes côtés pour protéger la ville également et me rendre utile comme je le peux. J’ose espérer que dans pareilles circonstances, les esprits se sont calmés pour aller vers un peu plus de coopération.

Crois-moi, tu n’as rien à regretter et si Vince et Lili ont raison dans ce qu’ils t’ont dit, il n’en reste pas moins que chacun avance à son propre rythme et avec ses propres convictions. Tu as respecté les tiennes et je t’admire. Si un jour, tu changeais d’avis, je t’en admirerais pareillement.
L’avenir est devant nous, il nous ouvre ses portes vers toutes sortes d’expériences qui nous attendent et que nous partagerons.

Découvrons la patience ensemble et ayons foi en notre futur, tu veux bien ?

Hier, en chemin, nous avons fêté l’anniversaire de Lili. Je te signale que ton ennemi juré en a profité pour inviter Jehane à danser, accompagnés des jolies mélodies jouées par Gépa au violon. J’ai pensé à toi et à la tête que tu aurais faite en voyant de quelle manière Arthur jubilait de prendre ta place ! Ahhh, ce gamin !
Vince nous a réservé la surprise d’une boisson inconnue mais dont la multitude de petites bulles montent très rapidement au cerveau… je n’en menais pas large...

Murten est désespérant calme. Je n’ai encore rencontré personne. Tout le monde est endormi étant donnée l’heure à laquelle nous sommes arrivés.
Je te donnerai des nouvelles de nos retrouvailles ultérieurement.

Je veux que tu saches que je suis déjà passée en l’église de mon village afin de demander la protection de tous ceux qui sont partis en guerre et j’ai adressé une demande particulière pour Ysa que j’apprécie énormément.
J’ai très mal de la savoir là car comme elle, je déteste la guerre.

Mon amour, c’est ici que je t’abandonne, mais pas pour longtemps, tu t’en doutes. Il m’est impossible de passer une journée sans te parler.

Tu m’accompagnes dans chacune de mes pensées, dans le moindre de mes mouvements.

Reçois tout mon amour et toute ma tendresse.

Ta Jehane.



Le retour à Murten se déroule à l'image du village : en pleine quiétude.
Les rues sont à peine animées, il est sans doute trop tôt. Le soleil n'a pas encore étendu sa lumière sur le sol helvète.
Pourtant, Jehane a déjà eu son rendez-vous avec le lac. Jamais elle ne serait entrée en ce lieu sans lui rendre un premier hommage. Morat sans lui ne serait pas Morat!

L'auberge se dessine au loin et dégage, au fur et mesure de son approche, des senteurs de pâtisseries lui rappelant qu'elle a faim.
La fumée qui s'étire vers le ciel témoigne du relai pris par quelque Moratois ou Moratoise... L'endroit semble toujours accueillant, chaleureux et c'est un plaisir de le constater.
Peu importe qui en a pris les rennes. Désormais, elle peut s'appeler "L'auberge municipale", chacun y trouvera ce qu'il y cherche: un refuge, un nid douillet, un endroit de passage qui sauve du froid ou de la faim.

Avant de pousser la porte, Jehane se déchausse et dépose ses bottes boueuses à l'entrée...
Rien n'a changé. Dans la grande salle, l'œuvre de Martin décore encore et toujours le plus grand mur blanc... Martin.... saura-t-elle, un jour ce qui lui est passé par la tête?... Soupire...

Le secrétaire, dont les tiroirs sont sans doute toujours remplis de missives d'amour, reliées par un ruban rouge qu'elle a mille et une fois dénoué pour lire et relire, encore et encore....
Est-il indispensable de ramener tous ces souvenirs?
Le passé a ceci de bien particulier... il est passé!!

Sans nostalgie aucune, Jehane s'imprègne de l'atmosphère du lieu mais ne reconnait plus, au fond d'elle, cette énergie initiale, celle qui lui fut offerte, en même temps que l'auberge, par Eloïse de la Marche, la première propriétaire...

Sortant de la rêverie dans laquelle elle venait de plonger à pas feutrés, elle réalisa que quelques bruits se faisaient entendre à l'étage...


Héoooooooo, y a -t-il quelqu'un pour offrir l'hospitalité à une pauvreuuuuu voyageuseuuuuu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 29 Sep 2009 - 22:36

Une journée a se changer le idées, s'occuper. Astaroth n'attendit pas les ordes de la defense et prefera aller couper du bois dans la foret de Sancerre toute la journée.

Au passage il fit un tour dans la fameuse clairiere qu'Ysa et lui venerait. Cette fameuse clairière ou Vince et Ondeline avaient élut domicile apres la proposition d'Asta de réhabiliter la cabane qui se trouvait juste à l'entrée de la clairière.

Astaroth se sentait bien ici. Ce lieu de paix et de quiétude était bien le seul endroit ou il pouvait, calmement reflechir sur sa condition. Allongé dans l'herbe il regardait le ciel dégagé, suivant des yeux les oiseaux, les feuilles qui tombaient, cherchant des reponces sur ses choix, ces decisions.

Le soleil declinait et finalement Astaroth rentra chez lui, deposant au poste de location de hache le bois payant la location de la hache. Il rentra chez lui les bras vides et son esprit embrumé de questions.
Le faucon était la, encore une fois, tournoyant au dessus de chez lui.
Plus besoin de relater la reception du messager.

Il rentra dans sa demeure les yeux plongés dans le courrier de sa douce et redigea sa reponce une fois arrivé à sa table.


Citation :
Mon amour

Ta missive me reconforte du moins en partie. Malgrés ce que tu me dis, je ne peux arreter de penser que les autres choix qui s'offraient à moins etaient meilleur que le chemin que j'ai choisis.
Mes convictions? Quelles convictions? A moins que tu parles de ces convictions qui font que je te laisse partir sans t'accompagner? Ces convictions que me renvoie au poste de maire? Mais ou est ta place alors?
Je reste fidele a mes convictions, comme toujours, mais il faudrait serieusement que je pense a réorienter mes centres d'interet afin que je ne te laisse pas de coté.

Mais bon j'attends ton retour impatiemment, malgré que tu me demande d'etre patient ...

Il sourit en coin

Citation :
...
Je vois que tu as decouvert les bubulles. Je ne sais ou Vince ce les est procurées, mais nous avons eut à Sancerre quelqu'un qui nous approvisionnais en Bubulles. Tu ne la peut etre pas connu. Jelubir. Un grand ami à nous, malheureusement décédé le jour ou nous avons franchit les portes de Sancerre quand nous avons fait la route du retour tout les deux.
Bref, les bubulles, c'est bon.
De plus, dis bien à ce Arthur que si je le recroise il passera un sal quart d'heure accroché à une branche d'arbre. Dis lui de demander à Lilie si c'est agréable et selon lui pourquoi je l'appelle la becasse...

Enfin, je vois que tu profite bien de ce voyage. Tu as raison, faut profiter de chaque moment que la vie nous met sur notre route.

Mes pensées accompagne cette missive.
Tu me hantes, je t'aime

Ton Asta

Le faucon requinqué, Asta lui accrocha la missive et le messager pris son envole vers Murten.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mer 30 Sep 2009 - 10:29

Elle avait dormi à l'Auberge au bord du Lac et se régalait d'être cette fois l'invitée et non celle qui reçoit et s'occupe de tout: elle se laissa servir avec jubilation.
La veille, elle avait enfin réussi à rencontrer quelques personnes et régler quelques petites affaires.
Il lui restait son échoppe de tisserande dont elle ne savait que faire et un merveilleux potager qu'elle continua d'exploiter pour en faire don à la mairie.

Lisa, qui de toute évidence avait repris les rennes de l'auberge, avait préparé de petits sablés dont Jehane s'empiffra en les accompagnant d'une tisane aux jasmins... sa préférée.
Elle ne prit pas la peine de s'habiller tout de suite, préférant, pour écrire à son amour, rester en robe de chambre et les pieds nus à sa place de prédilection: devant la fenêtre dont la vue imprenable dominait le lac de Morat...


Citation :


Mon tendre Asta chéri.

Quel tourmenté tu fais!
Que de questions posées dans ton esprit embrumé.... Bon, ça va, je me moque de toi, mais gentiment!
Il est toujours intéressant de s'interroger mais il faut aussi faire le choix des bonnes questions. Je m'explique. Tu sembles mettre en doute tes convictions car tu culpabilises de ne pas m'avoir accompagnée. Puis, un peu plus loin, tu me dis que tu es toujours fidèle à tes convictions. N'y a-t-il pas là une légère contradiction?
Il n'est pas impossible de concilier une vie amoureuse et des responsabilités de maire, à moins que ce soit trop pour toi et que déjà cette perspective te fasse peur.
Si tu n'agis pas en fonction de toi, je risquerais bien, un jour, de me le prendre en pleine face et ça... non!

Citation :
Ces convictions que me renvoie au poste de maire? Mais ou est ta place alors?

Comment ça, où est ma place? Un maire n'est pas un curé que je sache (encore que les curé, ici, ont une épouse). Pourquoi mélanges-tu ton rôle de maire et ton rôle de ....heu... compagnon? Bien entendu, si tu es certain que ce poste à la mairie t'occupera à plein temps et qu'il ne laissera guère de place à Jehane, alors,je te conseille de prononcer d'emblée tes vœux de chasteté, non? (hihihi)

Rhooo, parfois, tu me fais peur. Je te découvre là, comme "Je fais un pas en avant et je recule de deux!"...
J'ose espérer que cet état est dû à la solitude dans laquelle tu es plongé en ce moment.
Je clos ici mes réflexions sur cette question car l'éloignement n'est pas salutaire à ce genre de débat. Je reviendrai et nous parlerons, face à face...

Je n'ai pas que de bonnes nouvelles de Murten. Si c'est avec joie que je retrouve certains de mes amis, c'est aussi avec peine que j'apprends le décès de notre actuelle avoyère (mairesse de Murten) et la maladie grave de notre curé Tite_puce. J'ignore si la rumeur dont tu m'as parlée y est pour quelque chose mais je peux te dire ce que Tudieu m'a confirmé: "Tout le monde se terre derrière des portes closes par peur des microbes!"...
La place publique est désertée, les tavernes sont vides et dans les rues, à part quelques mendiants... Pffff, c'est mortel!
Même à la mairie, les passages sont brefs et ils m'est quasiment impossible d'y croiser qui que ce soit.
Je suis de plus en plus inquiète!

Alors, de grâce, si toi, qui es ma seule raison de vivre, tu commences à me communiquer ton pessimisme, heuuuuu, que vais-je devenir?

Repose-toi mon ange, prends soin de toi, il en va de notre entente.
Je ne cesse de penser à toi et crois-moi, à deux, c'est mieux!

Je t'aime beaucoup.

Jehane.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mer 30 Sep 2009 - 22:44

Une journée comme une autre à attendre. Il ne faisait plus grand chose de ses journées a part ça. Attendre.
Le faucon arrive, chargé d'une missive de sa douce. Astaroth receptiona le messager et prit la missive qu'il lut, comme à son habitude. Il redigea ensuite une reponce.


Citation :
Mon tendre amour

Ta missive m'inquiete au plus haut point.
Cette maladie... prends tes affaires et reviens vite. Je ne veux pas te perdre. Reviens à Sancerre, ou certes la guerre n'est pas mieux mais au moins tu seras à mes cotés et les chances de survies sont plus elevées. Emmene tes amis aussi. Emmene les loin de ce fléau.
Ne dit on pas de cette maladie:
"Les malades petit-dejeunent avec leurs enfants et dinent le soir même avec leur ancetres"

Et Vince? et Lilie? comment vont ils? sont ils touchés par ce mal? Rassure moi, dit moi que non. Et Gepa? et Arthur?
Et toi, comment te sent tu?

Je dois t'ennuyer avec ces questions, mais je m'inquiete pour toi et les autres. Mais bon tu comptes sur moi pour te remonter le moral, je vais faire mon possible.
Je ne reviens pas non plus sur ce que j'ai écrit precedement, somme tu dis, la solitude me pese.

Ici, à Sancerre pas grand chose de nouveau. Tu sais la guerre c'est pas vraiment le meilleur moment pour aller jouer ou je ne sais quoi d'autre. Mais bon, certain insistent pour remonter le moral des troupes. Ma soeur anime concours de peche, je vais peut etre y participer, cela pourrait etre marant. Qu'en penses tu?

A oui, au passage. Es tu friant de bon vin? J'ai acheté aujourd'hui un tonneau de vin de Bourgogne. Je le conserve chez moi et je t'attend pour le percer, pour arroser notre vrai début.
J'ai aussi pris quelque tonneau de biere, sait on jamais, si nous decidons d'inviter des amis pour feter ça avec nous. Vince, Lilie, Ysa par exemple, entre autres.
Je profite egalement de mon temps libre pour arrenger un peu la maison. Qu'elle soit reelement acceuillante pour toi...

Norf, je le dis, mais faudrait vraiment que je m'y mette.

Citation :
...
Nous avons partager la maison quelques fois, mais nous n'avons toujours pas partager un lit nous deux....
Mais qu'est ce que je raconte, voila que j'ecrit des cochoneries maintenant, et rien pour effacer, bin voila...
Bref, ton absence me fait perdre la tête et me voila que je divague, meme en ecrivant.
(vague vague vague vague... je dis vague...) heuuu, bon excuse moi, surement la fatigue qui s'accumule en plus de ton absence, je perd la boule. Je vais liberer Adam afin qu'il te transmette la missive, j'espere que demain je serai mieux, enfin que je raconterai moins d'idioties.

Toute la journée, et même la nuit, avec toi, dans mon coeur et dans mes pensées. Je t'aime

Asta

Message enroulé et accroché, Messagé envolé, ça y'est une autre correspondance prennait le chemin des ceux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 1 Oct 2009 - 10:46

A l'auberge qui fut celle de Jehane, l'émotion des retrouvailles est palpable.
Tout le monde y va de sa petite anecdote, chacun veut prendre la parole en même temps que l'autre et c'est dans un brouhaha infernal que le Vully coule à flots, n'arrangeant en rien la compréhension de tout ce qui se dit! Quelle importance, le but du moment présent n'est-il pas de savourer les retrouvailles, de s'enivrer de la présence des êtres chers qui lui ont tellement manqué?
De la fenêtre de la grande salle, Jehane a repéré l'oiseau messager...
Elle se précipite dehors, récupère Adam et court s'isoler sous les rires de ses amis qui, tout de suite, ont compris. Elle revient, souriante et s'excuse auprès d'eux... elle va s'absenter un court instant...


Citation :
Mon Astarothounet d'amour.

Rhoooo, je suis un peu euphorique, ne t'en étonne pas.
Mes amis ont enfin fait leur apparition dans l'auberge que je tenais et c'est pas le Vully qui manque au rendez-vous!
C'est affreux, les retrouvailles sont si surprenantes qu'il est impossible pour l'instant d'obtenir quoique ce soit sur le devenir du village et de ses habitants! A croire qu'ils nous attendaient tous pour se libérer du poids qui pèse sur Murten...
C'est pas grave, comme on dit... après la pluie, la tempête (bein oui quoi, pas le beau temps, non,non, pas ici! Pas en montagne)... autant en profiter... pour le tumulte, on verra plus tard!

Pfff, tu me manques! Je voudrais tant que tu sois là pour partager ma joie et te présenter tous ces gens chers à mon cœur.

Tiens, à cet instant précis, je te mangerais tout cru, sans sommation... comme ça, tu ne seras pas honteux de dire que nous n'avons pas encore partager le lit ensemble...
Rhoooo, voilà que je l'ai dit!!! vague, vague, vague...

Suis toute rouge!... Oui je divague... sans doute à cause de toi, de tes jambes au grand air (^^), de tes paroles qui en disent long (coquin!) et peut-être aussi et très certainement d'ailleurs, à cause du Vully...

VUI..... du vin de Bourgogne! Heu... du vin... j'adore...mais de Bourgogne, pour te dire la vérité, j'en ai jamais goûté!
Peu importe, je te fais confiance et si c'est pour fêter... bein... fêter quoi d'ailleurs?
Hein? C'est quoi notre vrai début?... (prend son air angélique)... je veux l'entendre de ta bouche... enfin, le voir de ta plume...

Ohhh la la mon amour, si tu étais là.....mummmmm......

Bon, j'arrête, je divague, je divague et mes joues s'empourprent! Que vont penser mes amis?

Je t'enverrai des nouvelles claires et précises, c'est promis... quand j'aurai dormi et "dégorgé"!

En attendant je t'embrasse parto.... rhooo, ça recommence!
Je t'embrasse avec passion... (brrrr, il m'en coûte de me retenir, sache-le, mais la bienséance veut que.... et puis, imagine qu'Adam se perde.....)

Je t'aime, comme c'est à peine permis.

Ta Jehane.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 1 Oct 2009 - 23:42

Aujourd'hui, Astaroth travailla chez lui. Pas dans sa forge, mais chez lui. Rangeant, nettoyant, deplaçant même les vieux meubles en chêne massif de son oncle. Faut dire, l'amenagement n'avait pas changé depuis la mort de celui ci.

La journée passa et la nuit tomba. Adam fit son entré dans le ciel de Sancerre une nouvelle fois portant la missive de la belle Jehane. Astaroth receptionna le courrier et le lut. Jehane semblait heureuse d'avoir retrouvée ses amis. Il sourit en l'imaginant s'amuser, rire avec eux. Mais il y avait cette maladie, cette rumeure de peste...
Suite à la lecture, il prit place et commença a repondre.


Citation :
Mon amour

Ta missive me fait enormement plaisir et je vois que je suis pas le seul perdre la tête...
Partit comme c'est autant continuer à divaguer non? mais avec une certaine retenue quand même... (^^)
Tu me manque. La chaleur de ton corps contre le miens manque. J'ai froid et j'aimerai que tu me rechauffe de ta presence. Le contacte de nos deux corps serrer l'un contre l'autre... euuuh, j'arrete la, je risquerai d'etre un peu trop explicite si je continue... Et puis je veux pas te mettre mal à l'aise, surtout si tes amis se trouvent a tes cotés au moment ou tu me lira.

Tu me pose une question important la, non? Notre vrai début.
Je vais te repondre, le plus clairement possible.

Nous nous sommes croisés, nous nous sommes vus, nous nous sommes touchés, nous nous sommes embrassés, mais aussi, nous nous sommes séparés à plusieurs reprises. Nous avons commencé une histoire, l'introduction, le prelude, mais le roman de nos vies attend le fameux "il était une fois" .
J'attends ton retour pour prendre un parchemin vierge et ecrire notre vie avec toi, car il faut etre deux pour ecrire ce genre d'histoire.

J'espère avoir été clair dans ma reponce. Je reste toute fois à ta disposition si tu veux d'eventuelles informations. (norf, le role de maire qui prend le dessus ^^)

Je t'aime, comme un fou, comme un soldat, comme une star de théatre
tu vois je t'aime comme ça...

ton Astaroth.

Reponce ecrite, faucon équipé et pret au decolage, et voila la missive qui prend la route des étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Ven 2 Oct 2009 - 11:13

Jehane avait repris sa plume, se demandant si elle arriverait à écrire, grisée comme elle l'était par le Vully cher à son palais!
Elle ne put néanmoins s'empêcher de lui conter une anecdote, parmi tant d'autres, de ses retrouvailles.Un peu de légèreté, de gaité dans le présent difficile de son bien aimé serait plus que salutaire, elle en était convaincue.


Citation :

Bonjour mon tendre et ohhh combien déroutant bien aimé.

Ne mets pas le feu aux poudres sans quoi, je reviens pour te.......(heu heu)....bref....

Après une réflexion de Lili à l'auberge, je dois t'envoyer la scène qui s'est déroulée entre-nous et qui a laissé nos amis sur la qui-vive!


Citation :
Jehane passait d'une personne à l'autre, essayant de répondre à toutes les questions posées, ce qui ma foi, n'était pas très aisé!

Une phrase capta son attention:
Tu nous a lâchement abandonné une fois

Elle réagit comme une furie, la tête haute, les mains sur les hanches, les épaules vers l'avant et les yeux méchants. Elle haussa même le ton:

Quoi? Lâchement abandonnés? Non mais, ça alors... Qui c'est qui se débat en rêvant? Qui c'est qui lance des coups de pieds et qui balance les gens par dessus bord? Qui c'est qui dort comme des bienheureux et qui n'entend pas les cris de détresse à cause d'un nounours qui chante... Rhooo que dis-je? Qui huuuuurle en avançant comme un seul homme?

Elle s'arrêta, fixa l'assemblée médusée et profita qu'on n'entendît plus une mouche voler pour faire montre de sa double rage.

Ingrate que tu es! Que vous êtes!!!

Mes amis... je me suis retrouvée seule au monde, seule, je vous dis, face aux dangers qui guette...et qui peut surgir de derrière n'importe quel buisson, n'importe quel fossé, rocher, arbre...
J'ai dû braver la pluie et le vent sans compter sur les nombreux brigands qui ont croisé ma route... Alors, dites-moi, vous qui êtes mes amis, si j'ai été LÂCHE?


Elle se laissa désespérément tomber sur sa chaise, appuya sa tête contre l'épaule de Tudieu, malheureuse comme un pierre et dans un reniflement accompagné de son bras dont la manche lui servit de mouchoir, elle ajouta de sa voix triste et perdue...

Je suis une incompriseuuuuuu, snif snif snif...

Temps mort... assemblée perplexe... l'ambiance pesante...

...............................................................................................

Jehane se redressa enfin, tout sourire, pour annoncer:


Clic clac! C'était ... acte 2, scène 3: "LA SCÈNE DE MÉNAGE"

En regardant Lili, elle partit dans un fou rire à n'en plus finir, libérant ses mâchoires des tentions subies pour éviter de rire trop tôt...

Alors, vous voulez la scène4 ou on boit un coup?

Hihihi, on les a bien eu, hein?

Tu sais, les retrouvailles sont tellement longues en rires, en anecdotes, en bonne humeur que les verres ne désemplissent pas. J'en suis à la fois amusée et inquiète car pour moi, cela cache un malaise. Il y a chez certains, une espèce de retenue que je traduis par "Mais, non d'un chien, que se passe-t-il ici"

Dieu merci, même dans l'euphorie, j'ai pu glaner quelques renseignements.
Lausanne aurait fermé ses frontières pour cause d'épidémie.
Genève est en guerre contre le Béarne.
La Champagne met le souk (sic Tam) en Artois qui demande de l'aide.
Des meurtres auraient lieu dans la forêt autour de Murten, le long des rives du lac et une enquête est en cour.
Nous avons vu arriver un nouvel évêque dans le village.
Des élections anticipées vont sans doute avoir lieu.
Quelques personnes sont atteintes d'une vilaine maladie mais là... personne n'ose trop en parler.

Voilà, c'est tout ce que je sais pour l'instant.
Je m'attèle à trouver notre ami Vincelian pour lui demander quand nous quittons Murten.
Je ne partirai pas seule, c'est hors de question.


Mon amour, dois-je encore te dire à quel point notre séparation me pèse? Je m'amuse, réjouie de toutes ces retrouvailles mais dans mon cœur, il y a un trou!

J'ai hâte de te revoir et d'écrire avec toi, sur un parchemin vierge, le roman de notre vie ensemble... la nôtre... rien qu'à nous!

Je t'embrasse avec toute ma fougue.

Je t'aime à la folie.

Ta Jeje.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 3 Oct 2009 - 1:33

Une journée mouvementées. Un gros evenement qui fit changer Asta d'optique brutalement. La politique, encore la politique. As t il vraiment sa place?
Alors qu'il tentait de se detendre chez lui le faucon fit son appariton et porta la missive de Jehane.


Citation :
Mon amour

Une avalanche de nouvelles deroutantes que les evenements non loin de Murten.
Le chemin risque d'etre perilleux alors prennez votre temps avant d'entammer le voyage, même si cela doit nous separer quelques jours de plus, je saurrait patienté comme tu me l'as demandé, même si cela me pese egalement

Je vois que tu aimes semer le trouble dans l'esprit de tes amis, et Lilie aussi es de la partie. A vous deux vous faites vraiment la paire. La belle et la Becasse. La belle c'est toi bien entendut.

Si vous decidez de prendre la route malgré les interdit, soyez extremement prudent. Imaginer un malheur me meurtrit, alors parle pas si ce malheurs arrivait.

En attente de te sentir pres de moi ou a defaut de te lire, avec tout mon amour et mes sentiments les plus profond, je t'aime.

Ton Asta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 3 Oct 2009 - 15:05

Alors qu'elle avait couru à gauche et à droite afin d'obtenir des informations claires et précises concernant la fermeture des frontières, Jehane s'en revenait bredouille: les seuls et uniques résultats de ses recherches se réduisaient à des rumeurs!
Elle ne savait pas quand ses amis comptaient quitter Murten, elle ignorait si leur meneur avait fait des demandes de laisser-passer à qui de droit, ni s'il avait envisagé une seconde toutes les possibilités de sécuriser les membres du convoi.
Elle se dit qu'il était peut-être préférable qu'elle prenne les choses en mains... deux précautions valaient mieux qu'une.

Elle revint à l'auberge, le temps d'écrire à son chéri... tout compte fait, cette auberge ne lui appartenait plus vraiment, mais tous les meubles et objets restaient bel et bien sa propriété. Elle prit place devant le secrétaire, plume en main...



Citation :


Doux trésor.

Me voilà sans grandes nouvelles à t'annoncer. Toi non plus d'ailleurs, si je m'en réfère à tes derniers écrits. Sommes-nous donc condamnés à attendre?
Dis-moi comment se dessinent les nouvelles élections à Sancerre. As-tu des nouvelles du front?

J'ai retrouvé un ancien Moratois! Hooo, ce n'est pas d'aujourd'hui qu'il a quitté Murten mais je l'ai reconnu très vite. Il n'a pas changé: sa bonne bouille, ses yeux de farceur, son haleine d'alcool et son nez rougeaud m'ont permis de ne pas me tromper!
Il s'agit d'-Isomer d'Amour, le golden écureuil d'Annecy !
-Frère de Frisk0, neveu de Chitoss et cousin de Tziira
-Maire adjoint d'Annecy
-Ancien maire de Murten!

Hihi, faut que je te raconte les conditions dans lesquelles nous nous sommes revus.

Citation :
Iso ne comptait pas rester éternellement à Murten, mais bon il était la pour prendre du bon temps donc autant avoir un bon petit lit douillet.

Aimant la tranquillité et la proximité de la nature, il décida de se construire une cabane et qui plus dans un arbre.
Charpentier de métier il ne lui fallu que très peu de temps pour récolter le bois approprier et l'emplacement idéal. Il commença par fixer des planches épaisses à l'arbre pour faire un petit escalier. Celui-ci avait un premier palier assez bas, ce qui permettait un accès facile au plancher de sa futur maison.



Puis quelques jours plus tard une coquette petite cabane était né. Certes les nuits risqueraient d'être fraiches mais au moins il serait tranquille.
Il se confectionna un bon lit douillet avec un grand sac en tissu fourrer avec de grosse quantité de plume de poule trouver ici et là. Avec ça les bonnes couverture en laine qu'il avait ramener et le tour était joué.

Avec le reste de bois il c'était fabriqué une petite chaise bien rembourré elle aussi pour son plus grand confort. Puis le reste de ses affaires étaient rangé dans un coin. Ainsi durant les quelques jours de repos qu'il c'était accordé il allait pouvoir renouer avec cette nature tant aimée.


Bon aller il est temps d'aller faire un peu de lessive et se laver par la même occasion. Pour cela ! Direction le lac.


Citation :
De l'auberge où elle a dormi en qualité de voyageuse, elle prend la direction du lac pour ne pas déroger à ses anciennes habitudes. En effet, la promenade journalière sur les rives du lac avait toujours été une priorité pour elle.
Chemin faisant, alors qu'elle rêvasse et apprécie le lever du soleil à l'horizon, quelque chose lui tombe sur la tête...


AYEUUUUUUU... mille pétards, ça fait mal!

Elle se frotte le crâne en serrant les dents et stupéfaction... un boule orangée a rebondi de sa tête contre un grand arbre pour venir enfin s'écraser devant elle, lui éclaboussant les pieds!

Punaise... une orange!!!

MALOTRU!!!!
crie-t-elle en levant le nez.

Et là, deuxième stupéfaction: une cabane en bois, tout en haut de l'arbre... une merveilleuse maison, minuscule, comme elle les aime...

Les souvenirs défilent.
Le Domaine blanc, Akenaton, leur cabanon perché sur le haut chêne...
leur nid d'amour et de tendresse, loin du manoir... fabriqué avec Charles, le majordome, alors que le maître des lieux est absent pour de longs mois...

Toute colère a disparu et sur les lèvres de la jeune femme, un sourire se dessine... même si, au sommet de son crâne, pointe une grosse bosse douloureuse...


HE HOOOOO Y A QUELQU'UN???? HOOOO HEEEEEE?


Citation :
Iso revenait du lac, sa serviette sur ses épaules avec ses affaires sous le bras. Il sifflotait joyeux entouré de toute cette nature lorsqu'il aperçu une jeune femme qui la tête tournée vers le haut observait la cabane sa cabane.

Il s'approcha puis dit tout en finissant de se sécher les cheveux:


Je peux peut être vous renseigner ?


Citation :
Les yeux toujours fixés en admiration devant la cabane perchée, Jehane entendit une voix derrière elle et, sans se retourner, elle demanda d'un air nonchalant:

Je me demandais juste qui était le propriétaire de cette maisonnette car, figurez-vous que... mais, pardonnez-moi, j' me présente... voulut-elle ajouter en se retournant mais devant le spectacle qui s'offrait à elle, elle fit à nouveau volte face à la vitesse de l'éclair.

Rhoooo, Messire, vous êtes presque nuuuuuu!

Elle avait reculé de quelques pas et s'était caché le visage dans les mains.
Elle n'avait pas eu le temps de dévisager le sieur mais le peu qu'elle avait vu de sa corpulence et de ses cheveux en bataille, il lui sembla que...


Alors, vous êtes décemment visible maintenant?


Citation :
Isomer remit sa chemise encore humide et entoura sa serviette autour de sa taille.

Euh oui excusez moi mad... HEY !! Mais... Jehane ????

Ni une ni deux Iso bondit sur Jehane et la serra fort dans ses bras. Tout en laissant tomber sa serviette.

Et bien dit moi cela faisait bien longtemps ?? Alors que deviens tu ?

S'apercevant que sa serviette était parterre, Iso s'empressa de la remettre autour de sa taille.

Ouppps !!!


Citation :
Euh oui excusez moi mad...

Elle tenta enfin un regard vers l'homme qui s'était couvert.

HEY !! Mais... Jehane ????

HEY!! Mais Iso!! Isomer! Mince alors!!

Déjà il fut sur elle, la serrant dans ses bras, la serviette glissant sur leurs pieds!

Mais euuuuuu, Iso! Imagine que quelqu'un vienne... Rhooo franchement, c'est bien toi ça!

Elle riait en imaginant la scène...


Ce que je deviens, bien.... Crois-tu que ce soit vraiment le moment et l'endroit pour parler de ça? Bon, allez, je te donne cinq minutes pour te vêtir.
Promis, je ne regarderai pas sous ta serviette quand tu monteras à l'échelle!

Après, je serai ravie que tu m'invites, j'ai hâte de voir ton aménagement et en plus...regarde...


Elle se retourna, récupérant la petite fiole de gnôle à pépé qu'elle cachait sous ses jupes.

Hèhè, ça te dit?


Citation :
En les yeux rivés sur la bouteille, il ne voyait qu'elle. Une intense lumière éclairait son pourtour fait de verre. Ses formes si parfaites et sont contenu avait mit l'eau à la bouche d'Isomer.

En deux tant trois mouvement il grimpa en haut de son arbre et enfila des vêtements propres, fit un peut de place et sorti la tête de sa cabane.


C'est bon Jehane tu peux venir je suis prêt à te recevoir ! Oublie pas la bouteille. Et euh ? Ca va aller tu as besoin d'aide ? Non parce que l'escalier est raide !

Il n'eut point le temps de le répéter deux fois que Jehane avait entreprit l'ascension de l'arbre avec une facilité déconcertante. Comme si elle avait fait sa toute sa vie.

Iso lui avait rajouté une petite table et versé quelques gâteau sec dans une gamelle avec à côté deux verres prêt à l'emploi.


Voilà l'histoire d'une rencontre bien farfelue, non?

J'aime autant te dire que je dois impérativement le présenter à Lili et Vince, je crois qu'ils s'entendraient à merveille!

Mon amour, le temps ne passe pas car comme je te l'ai dit, tout le bonheur ici ne serait complet que si tu étais à mes côtés. Tu es loin, tu me manques et la joie ne sera pas la même.

Tu sais, parfois je me dis que je suis comme Vince... idéaliste ou rêveuse car comme lui, j'imagine une grande maison dans laquelle seraient réunis tous les vrais amis.
Utopie? Sans doute, mais je ne serais tranquille que le jour où j'aurais tout essayé pour aller dans ce sens.

Je t'envoie tous mes baisers les plus tendres accompagnés de tout l'amour que je te voue.

Ta Jehane.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Dim 4 Oct 2009 - 0:26

Journée comme une autre. Plus qu'un jour et il sera a nouveau maire de son village. Etait ce vraiment le bon choix? Bwof de toute façon a quoi bon se poser la question, il c'est presenté il c'est presenté, s'il voulait pas etre maire, il ne l'aurait pas fait, point à la ligne.

Bref, de nouvelles anciennes responsabilités allaient lui tomber dessus, à lui de gerer.

Bien que cela allait lui prendre pas mal de temps, il gardait constemment à l'esprit que sa douce était loin de lui et surtout qu'elle lui manquait.

La nuit était tombée et Asta reçut une nouvelle missive. Elle etait longue et ce qu'elle racontait le faisait sourir bien qu'il tiqua sur un point.


Citation :
Ma toute belle.

Que dire face à ça? Tu as vu un homme nu... ... ... Je ne sais quoi dire.
Si, je sais, enfin non, je sais pas.
Mais crois que je pris pour que ça n'arrive plus, du moins plus avant qu'on se retrouve... euuuuh...

Bon passons...

Sinon, a part cette mesaventure... j'ai reussit a glanner quelques informations, mais celle ci sont peu sur. La Bourgogne serait a nouveau réouverte. Je dis bien serai, j'attend de trouver confirmation. Sinon a part ça, baaaa la guerre, la guerre et toujours la guerre.

Demain, enfin quand tu recevra la missive, je prendrai pour une troisieme fois le role de maire... Ca m'occupera dira t on.

A oui aussi. Une bonne nouvelle pour nous deux. J'ai romput mes engagements envers un partit nouvellement créer. J'ai aidé a batir ce partit, mais je me suis rendut compte que ce que nous etions sencé proné n'etait pas respecter par tous, alors je l'ai quitté, hier au soir.
A quoi bon continuer à s'egosiller quand personne veut t'écouter? franchement.
A peine sortit de l'oeuf que deja il s'etouffait si je reprends les paroles de quelqu'un.

Bref, des engagements en moins, ça fait plus de temps pour nous deux, et crois moi à l'idée de penser ça, ça me fait sourire de bonheur.

Si ça continue comme ça, je finirai bien par avoir plus de 95% de mon temps rien que pour toi. Les 5% qui restent c'est pour les besoins naturelles... Enfin nous verrons bien.

Avec tout l'amour que je te porte.
Ton Asta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 5 Oct 2009 - 16:07

Les nouvelles qu'elle avait reçues de son cher Asta n'étaient pas trop mauvaises.
Puisqu'il avait volontairement fait le choix de sa démission au parti dont il parlait mais qu'elle ne connaissait pas, Jehane pensa que ça ne pouvait que lui être salutaire.
Elle avait tardé à lui écrire et trouva enfin quelques minutes à lui consacrer.


Citation :


Mon très grand amour.

Comment t'annoncer la triste nouvelle?
Tu comprendras d'ailleurs pourquoi je n'ai pu t'envoyer Adam plus tôt.
Notre cher petit Arthur nous a quitté. L'institutrice de Murten est arrivée en courant pour me signaler qu'Arthur était à l'école et qu'il allait très mal.
Je suis arrivée trop tard, il était étendu au milieu de la salle de classe, pâle, du sang à la commissure des lèvres. Une maladie terrible l'a emporté...

Tamuril, qui était présent nous a expliqué quelles précautions prendre mais j'ai très peur.

J'ignore s'il est bon de reprendre la route et pourtant, je n'ai qu'un désir, celui de me blottir dans tes bras.
Je n'arrive pas à manger tant mon estomac et ma gorge sont noués; je voudrais pleurer mais les larmes ne sortent pas.

Je souhaitais néanmoins te féliciter pour le nouveau mandat que tu te prépares à honorer.
Je suis certaine que tu es à la hauteur et que Sancerre s'en portera très bien.

J'espère que tu pardonneras le ton de ma missive mais le cœur n'y est pas.
Me voilà à nouveau partagée entre la crainte et le souhait de te rejoindre au plus vite.

Je compte sur toi pour faire part du triste constat à Ysabeau car tu sauras, j'en suis sûre, la connaissant mieux que moi, trouver les mots qu'il faut. Rassure-la sur le fait que je ne l'oublie pas et que je prie pour elle sans cesse.

Je m'en vais rejoindre mes amis qui sont atterrés.

Un seul but désormais: courir vers toi et ne plus te quitter.

Ta Jehane qui t'aime.



Elle regarda tristement le faucon prendre son envol vers le Berry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 6 Oct 2009 - 1:54

Apres reception de la missive, Astaroth redigea une courte reponce

Citation :
Ma douce Jehane.

Crois moi, cette nouvelle m'atriste profondement.
Arthur, ce petit bout de monde qui m'en faisait baver. Il etait trop jeune Que dieu le garde aupres de lui.

Je me charge d'avertir Ysa, des que je pourrai.

Maintenant, j'ai aussi une nouvelle à t'annoncer. Vraiment pas joyeuse non plus.

J'ai pris la decision, au nom de Sancerre de me battre contre le Duc en place. Cet homme, si on peut l'appeler ainsi, engage des brigands pour ses noirs desseins.
En ce moment les hors la loi combattent sous les couleurs du Berry. Je ne peux concevoir ça.
Le Berry n'est pas une terre d'acceuil pour les meurtriers et les voleurs.

Aussi j'ai decidé d'empecher toutes armées Berrichonnes a fouler le sol Sancerrois afin e preserver la dignité de notre village a defaut de celle du Berry.

Cela susciite des réactions plutot mitigées au sein du village.

Je risque gros, tres gros, mais je defendrais ces valeurs quoi qu'il arrive.

Je ne sais si demain je pourrai t'ecrire, alors je te le dis maintenant et rappelle t'en tout le temps.

Mon amour, je t'aime de toute mon ame.

Asta

Courrier terminé, il l'accrocha au faucon qui s'envola à nouveau vers Murten.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 6 Oct 2009 - 15:27

Tout avait été si vite...
La mort d'Arthur, son petit corps se consumant dans les flammes avec comme seule compagnie sa besace, sa couverture, toute étoffe ou tout objet susceptible d'avoir été à son contact!
Jehane, nue sous une couverture de fortune, regardait ses propres vêtements se consumer dans le brasier. Elle avait eu juste le temps de jeter son collier qui s'était accroché aux doigts du petit Arthur... au moins, il serait parti avec un petit souvenir d'elle... Maigre consolation...

Au milieu de la cour éclairée par le feu, elle réceptionna son faucon.
Serait-elle en état de répondre à l'homme qu'elle aimait et qui était si loin?

Lili était inconsolable. Son regard hagard impressionnait Jehane qui se demandait si elle se remettrait du ce terrible choc qui, de surcroit avait engendré chez son amie, une immense culpabilité.
Le temps pressait, ils devaient se préparer à parcourir à nouveau les chemins, leur permettant ainsi de ne pas trop penser.
Agir, agir pour ne pas se laisser envahir par les pensées les plus tortueuses, les plus morbides.

Jehane se mit en quête de vêtements décents se promettant de faire tout ce qui était en son pouvoir pour venir en aide à Lili.

Elle regagna l'auberge une dernière fois pour écrire à Asta, priant le très haut pour que sa missive lui arrivât.


Citation :

Mon très grand amour.

De toutes les épreuves, celle qui me parait la plus insurmontable est celle que je vis en ce moment: l'expectative dans laquelle je me trouve et qui me rend petite et vulnérable.
Ignorer où ton combat va te mener, ne pas savoir si tu seras là à mon retour, imaginer à quelle sauce va te manger cet être sanguinaire et malveillant qu'est le poilu, tout ça occupe mon esprit déjà tant torturé.

Je sais que tu œuvres pour une bonne cause et je reconnais là la sincérité et l'intégrité qui te caractérisent mais, je ne peux pas m'empêcher de trembler pour toi.
Ton choix est fait, trop tard et je doute que beaucoup de Sancerrois, bien trop poltrons devant le poilu, te suivent dans ta démarche.
Tout le monde sait que cet "homme" a plus d'un tour dans son sac pour évincer, humilier, vaincre et tuer, impunément, qui se met au travers de sa route. Voilà bien un risque que même le plus courageux des Berrichons ne voudra point courir! Sache-le.
Les représailles sont bien trop pesantes et c'est d'ailleurs ce qui lui permet de régner en maître absolu sur le Berry!... C'est comme ça!
L'intelligence et le charisme viendront peut-être un jour à bout de ce monstre mais certes pas la force.

Mon amour, quoi qu'il arrive, quoi qu'il advienne de ton action, je serai là, dans ton cœur et je t'accompagnerai où que tu ailles.
Je t'attendrai, quoi que ce Duc ingrat te fasse subir.

Je t'aime tellement...

Ta Jehane.


Devenait-elle dure? Dure, certes, car les larmes salutaires ne sortaient toujours pas, mais pas insensible car son cœur lui saignait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 8 Oct 2009 - 1:09

Une nuit agitée pouvait on dire. Une revolte a gerer et celon les rumeurs elles allaient se succeder jour apres jour.
Il dormira le jour et defendra la nuit, se dit il.

Il avait pas prit le temps de repondre à Jehane la veille du fait de la revolte. Au matin, revenant des remprts, il se posa et redigea la missive.


Citation :
Ma douce Jehane

Si tu savais.
Les agissements du Poilu ont commencés. Voila que des revoltes envers la mairie commence. Tous encapuchonnés, je n'en ai reconnu aucun, mais il est pas compliquer de deviner que le Poilu est derrière tout ça.

Des rumeurs courent que ce sera ainsi tous les soirs.

Va falloir que je sois tres prudent si je dois t'accueillir. Mais t'en fais pas pour moi.

A chaque instant qui passe je pense a toi et la future vie qui nous attend. Va savoir peut etre seront des voyageurs parcourant tout les royaumes. Moi de toutes façon, ce que nous ferons m'importera peu, puisque je le ferai avec toi.
Prends courage et ne t'inquiete pas pour moi.
Quoi qu'il arrive on se retrouvera.

Je t'aime et ta presence a mes coté me manque.

Je t'embrasse.
Ton homme, Asta

Adam qui etait resté la la nuit complete s'envola vers sa maitresse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 8 Oct 2009 - 18:26

L'atmosphère avec ses amis était pesante et empreinte de tristesse.
Même les airs que Gépa jouait au violon avaient des senteurs de nostalgie...
Lili, inconsolable mais néanmoins inquiète du sort que vivait Sancerre, était taiseuse et taciturne. Jehane s'en inquiétait mais se gardait bien de lui poser des questions.

Adam volait enfin au-dessus d'eux... avec, l'espérait-elle, des nouvelles fraîches de son unique et préféré Astaroth...

Elle n'hésita pas à se mettre à la rédaction d'une réponse malgré les cahotements de leur charrette...


Citation :


Asta, mon chéri,

Dois-je me montrer étonnée des agissements de votre Duc?
Aurais-tu osé prétendre à autres choses que des représailles de sa part?
Si tu savais comme j'ai peur de te savoir comme ça dans la gueule du loup! Et encore, le mot est très gentil...
Je pourrais te trouver des qualificatifs plus flagrants pour caractériser ce genre de personne qu'est Georges le poilu mais je n'en ferai rien sous peine de m'abaisser plus bas que lui. (Non, plus bas.... c'est impossible!)

J'ai beaucoup de colère en moi, beaucoup de haine aussi et je te prie de bien vouloir m'excuser.

La route est longue et j'ai encore le temps de prendre ma décision: continuer ou rebrousser chemin... vu les conditions actuelles... Je ne voudrais pas qu'il m'arrive quoi que ce soit au nom d'une cause que je réprouve.
Je crois que j'apprends à avoir du respect pour ma personne, comprends-tu ça?

Je ne sais quoi te dire si ce n'est que tu dois tenir Asta, si tu crois en ce que tu fais, tiens bon et surtout, prends les bonnes décisions.

Je n'espère qu'une chose, c'est que tu sois entouré des bonnes personnes et que tu crois en ceux qui te soutiennent.

Prends très grand soin de toi... au nom de NOUS.

Qu'Aristote te protège et t'aime autant que moi, je t'aime.

Jehane qui est de plus en plus inquiète.




Une fois la missive attachée, elle noua le ruban de soie rouge autour du cou de son faucon en prenant soin d'y ajouter une goutte de son parfum aux jasmins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Ven 9 Oct 2009 - 0:10

Une autre revolte d'avortée la nuit passée. Les journées étaient assez calme et Astaroth en profita pour se reposer un peu.
Mais le soir arriva et il fallait se lever pour defendre Sancerre une nouvelle fois.
Le sourire aux levres il redige une reponce à la missive reçut dans la journée, hummant le parfun qui impregnait la soie.


Citation :
Ma douce et tendre compagne

Une nouvelle fois nous avons eut raison des revoltés. Mais que font les armées. Elles restent aux portes de la ville, sans chercher à entrer. D'apres les rumeurs elles n'attaqueront qu'en cas de necessités.

Pour le moment tout ce passe bien, et nous croisons les doigts pour que cela continue ainsi.

Je t'en prie, ne te fais pas trop de soucis pour moi. Je vais bien, et je suis bien entouré pour le moment. Des amis qui n'ont pas peur d'affronter le Poilu aussi fou et ussi temeraire que moi, donc pas d'inquietude.

Sache que je pense à NOUS tout le temps et que pour ça, je resterai en vie.

Pour ce qui est de tes choix, sache une chose, si tu decide de ne pas rentrer à Sancerre pour les raisons que tu exposes et que je comprends parfaitement, je serai pret a parcourir le royaume pour te retrouver et te rejoindre. Cependant, je ne peux quitter le combat engagé si jamais tu ne rentre pas, mais des qu'il sera terminé, je te rejoindrai.

Je t'aime et te perdre me tuerai.

Mes pensées volent vers toi.

Ton Asta

Il envoya la missive et garda le morceau de soie pour lui. Il le sera autour de son bras a, celui du coeur et prennant son épée à la main, il sortit rejoindre ses camarades... de jeu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Ven 9 Oct 2009 - 18:11

Quel morne voyage que ce retour... silence pesant, chacun à ses pensées, ses souvenirs... chacun à sa hargne, à ses questions...
Jehane souffle.
Elle a beau tourner et retourner les derniers événements, autant ceux de Sancerre que ceux de Murten, elle ne voit pas d'issue!
Où est sa place si ce n'est aux côtés d'Asta? En tout cas, à ce moment précis, elle ne se projette pas ailleurs et pourtant, le destin, une fois de plus va la garder loin de lui... Pour combien de temps?
Elle souffle à nouveau...
La missive de son aimé la rassure mais ne répond pas à ses interrogations.
Elle décide de répondre en faisant tout ce qui est en son pouvoir pour ne pas transmettre à Asta, son propre pessimisme.


Citation :


Mon compagnon tant aimé.

Je vois que tu tiens le coup et ça me rassure.
Me demander de ne pas m'inquiéter pour toi est inutile. Comprends que c'est plus fort que moi!
Tu me parles aussi de mes choix mais dis-moi, est-ce vraiment un choix personnel de se dire que si je rentre dans le Berry, je risque la prison ou le procès?
Est-ce une façon intelligente de me rapprocher de toi? Pense-tu que c'est moi qui fais ce choix ou quelqu'un de plus haut placé qui me l'impose?

Oh, si tu savais comme je suis en colère!
Si tu savais comme je voudrais être le poison que l'on déverse dans la tasse de tu sais qui et qui le ronge à petit feu... Voir son agonie de si près, quelle jouissance!

Oups, désolée....

Je ne suis pas désespérée, loin de là, je me nourris juste de rage!
Enfin.... espérons que ce "fait" devienne vite un lointain souvenir!

Je crois qu'il est impératif, pour la santé mentale des Sancerrois, dignes de ce nom, de quitter leur ville, de la déserter une fois pour toute! Car que deviendrait-elle avec pareil individu à sa tête: un abris pour brigands, pour personnes soumises et bien embrigadées?
Quelle tristesse de savoir qu'il y a si peu de gens qui voient clair et tant qui ont peur!

Remarque, le jour où toutes les victimes auront décidé de ne plus en être, les bourreaux n'auront plus de raisons d'exister!

Sur ce, je t'embrasse de toutes mes forces et je te dis : "à bientôt", quand? L'avenir nous le dira.

Que notre amour nous soutienne.

Ta Jehane.

Heuuu, je n'ai plus qu'un ruban et là où je suis, je ne peux pas acheter de soie rouge, alors, dès que celui que tu as subtilisé ne sentira plus, renoue-le au cou de notre messager...



Elle parfume le morceau de tissu rouge et le fixe à sa place habituelle.
Adam se laisse faire, comme s'il savait que c'est important...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 10 Oct 2009 - 1:30

Les soirées et les journées se repetent inlassablement. Les seuls points positif de la journée sont le matin quand les rebelles prennent la fuite et quand il reçoit la missive de sa douce.
D'ailleur, Adam revenait une nouvelle fois avec un nouveau ruban de soie. Astaroth le libera de son emprise et lut le parchemin.


Citation :
Ma douce

Ce que je peux te conseiller pour que tout se passe bien, apres en avoir discuté par le biais de ces courriers, c'est de m'attendre à Cosnes. Non loin de Sancerre. Si le jugement tombe, je serai banni du Berry et crois moi que j'irai aussitot à Cosne pour te rejoindre. Ne prend pas le risque d'etre inculpé pour moi.
Maintenant, je ne te cache pas que j'ai enormement envi de te voir et que patienter encore et encore me ronge de l'interieur.
Ce double sentiment qui est l'empressement et la prudence, un conflit que tout etre vivant a au moins vecut une fois.

Maintenant, le choix t'appartient et n'ecoute pas ce qu'on peux te dire, fais ce qui te semble bon de faire.

Avant tout, sache que, du plus profond de mon etre, je t'aime et que rien ne pourra changer ça.

Tu me parle des Sancerrois. Tu a pas totalement tort. Mais deserter c'est en même temps reconnaitre que l'on avait tort, ou plutot c'est sauver sa peau avant ses convictions. Mais mourir avec des remord est une des pire mort que l'on peut avoir a mon sens. Mourir sans rien regreter, c'est une belle mort.

Mais pourquoi je te parle de ça moi...

Hier soir une nouvelle revolte, la troisieme donc. Et ce soir, une autre qui se prepare. je me prepare pour y aller.
Je te rend ton ruban d'hier et te vole le nouveau. Il me donne courage et force pour poursuivre.

Ton homme qui t'aime à la folie

Asta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Dim 11 Oct 2009 - 21:48

Les jours se suivaient et se ressemblaient tous. La journée à se prepare se reposer un peu, les nuits à defendre.
Chaques jours qui passaient, des visagges apparaissaient devant lui dans les revoltes. Il pouvait mettre un nom sur les personnes tentant de se revolter.
Il ne fut pas surpris de voir des etranger avides de pouvoir et de richesse tenter de prendre la mairie, mais par contre de reconnaitre deux membre de la DC, cela le choqua quelque peu.

Par contre, mise à part cette histoire, Astaroth était inquiet. Inquiet e ne plus avoir de nouvelles de Jéhane. Au millieud'une revolte qui à la suite fut aisément avorté,il redigea une courte missive à sa douce.


Citation :
Ma toute douce.

Au moment même ou je t'ecris, je repousse des revoltés. Ils ne sont pas nombreux et mes compagnons s'en sortent bien, alors j'en profite pour t'ecrire rapidement.

Je n'ai pas eut de nouvelles de toi depuis deux jours. Je m'inquiete à ton sujet. J'espere qu'il ne t'est rien arrivé de grave. Te perdre me serai insuportable.

Je t'aime et pense a toi à chaque moment.

Ton Asta

PS: Pour Lilie ou pour Vince: Si jamais Jehane n'a pas put avoir cette missive et qu'elle est ans l'incapacité de la lire, faites le moi savoir, je m'inquiete, j'espere qu'il ne lui est rien arrivé.

Il prit alors un pigeon de la mairie et le fit s'envoler vers la Bourgogne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 12 Oct 2009 - 10:20

Seule au milieu de la forêt, Jehane avait préféré attendre le retour de ses amis avant de se mettre à répondre à la dernière missive d'Astaroth qui s'inquiétait pour elle.
En effet, Gépa était resté éloigné de leur campement, arrêté en éclaireur entre Dole et Dijon alors que Lili et Vince s'étaient rendus à la ville suivante afin d'y glaner quelques informations et d'assurer leur sécurité.
Résultat, elle s'était retrouvée isolée du monde, juste avant Cosne et s'ennuyait à mourir !
Adam, le plus rapide des messagers, avait dû suivre Gépa pour assumer la liaison entre le grand-père et elle.
Alors que ses compagnons de route étaient rentrés, avec au visage, une expression qu'elle ne saisissait pas encore, ils reprirent la route et Jehane ne put répondre à son aimé qu’une fois rendue dans une ville …



Citation :


Mon ange.

Que de tracas je t’occasionne ! Mais n’aie aucune crainte, je vais bien. Nous avons eu un contre temps car Lili et Vince ont dû s’absenter et je t’avoue que je n’ai pas encore pris la peine de les questionner à ce sujet, le plus urgent étant de te rassurer.

Je vais bien, je suis en bonne santé et le convoi n’a rencontré aucune embûche. (C’est juste que Lili et Vince sont étranges en ce moment !)

Je t’attendrai donc là où tu sais, comme un enfant sage mais qui brûle d’impatience de se blottir dans les bras de celui qui lui manque le plus !
Oui, je me languis de toi.

Comment toutes ces histoires vont-elles se terminer et surtout, quand tout cela va-t-il s’arrêter ?

Je t’ai parlé de Sancerre en des termes peu élogieux et je m’en veux car je sais à quel point tu aimes cette terre. Il fut une époque où on pouvait l’appeler terre d’accueil et ce n’est malheureusement plus le cas. La faute n’en incombe pas à tous les habitants, bien entendu, mais à quelques uns, ceux-là même qui portent main forte à tu sais qui ! Sans lui, Sancerre serait bien plus belle, bien plus sereine mais les vautours sont là qui …. Tu connais la suite.

Mon amour, je suis là qui trépigne déjà d’impatience à l’idée qu’un jour peut-être, je vais te voir pousser la porte d’une taverne où je serai installée, où j’aurai pris racine en t’attendant.

Je m’en vais visiter cette ville qui je crois va subir mes états d’âme et me voir errer en ses rues, en espérant une solution.

Tu ne quittes pas mes pensées, tu es dans mon cœur, tu fais partie de mes espoirs.


Ta Jehane.




Dernière goutte de parfum au jasmin qui s’étend sur le morceau de tissu blanc déchiré dans un joli mouchoir de fin coton brodé et accroché au cou du vaillant faucon…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 12 Oct 2009 - 22:56

Encore et toujours la même histoire tous les jours depuis pres d'une semaine. Defendre, defendre, defendre.

Heureusement qu'il y avait ces moments de bonheur qu'était la lecture des missives de Jehane.
Il prit le soin de lui repondre, tenant fermemant le morceau de tissu de la main gauche appuyé contre son visage.


Citation :
Ma belle compagne

Quelle joie de pouvoir ainsi te lire, moi qui m'inquiétait fortement.
Je dois faire vite car la nuit tombe et vois tu les revoltes ne cessent pas.

Quelle que soit la solution que tu trouvera, je la suivrai afin que au final je puisse te serer contre moi comme chacun de nous semble espérer au plus haut point.

Je t'aime et ton visage m'accompagne a chaque instant. Tu hantes mes pensées.

Ton Asta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
claire-g
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1245
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 13 Oct 2009 - 12:04

Volatile heureux pour message peut-être pas vraiment important aux yeux et au coeur de celui à qui il était destiné, mais le pigeon qui sillonnait le ciel depuis le campement arriva sur le rebord de la fenêtre d'un forgeron à Sancerre.
L'auteur du message avait fait preuve d'une belle naïveté en écrivant ces quelques mots, mais au moins, elle, elle avait sa conscience pour elle. Elle y avait mis le minimum...histoire de confirmer une bonne fois ce qui se passait et qu'elle savait.

Le pigeon apportait ce message :


Citation :
Monsieur le Maire,

Je te fait parvenir, malgré ma grande fatigue, ce message.

J'ai accouché cette nuit, au campement, l'enfant va bien et, est déjà prêt à recevoir l'amour de sa mère et de celui qui est présent depuis quelques mois, très attentif à nous deux, aimant.

Je présume que mis à part t'insulter toi-même dans ta troisième et dernière missive depuis ces neuf mois, ton intérêt quant à cet enfant est minime, voire inexistant.

Tu avais bien raison d'insister en gueulant que tu serais là et que tu assumerais ... vraiment raison... Tout comme tu avais raison de me dire de me taire quand je disais que toi tu n'aurais rien à supporter...

N'empêche... les faits sont là et bien là, je n'invente rien du tout. Cet enfant a poussé dans mon ventre neuf mois durant...j'ai reçu trois missives.
Bref, une fois de plus, tu as parlé...ça oui...

Si à tout hasard tu souhaites autre chose... tu peux écrire au 46 ruelle des trois barbeaux, il y a Gus', un jeune garçon qui me fera parvenir tout ça.
Sinon, libre à toi de m'écrire directement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 15 Oct 2009 - 10:29

Là où elle était, guettant chaque mouvement de la porte de la taverne, elle vivait dans l'espoir de voir apparaitre son visage autour duquel elle verrait danser les boucles folles de ses cheveux longs...
Espoirs vains, elle le savait mais sans ses rêves, comment aurait-elle encore le désir de vivre?

Adam lui avait apporté des nouvelles, pas excellentes mais elle y voyait néanmoins une brèche par laquelle pouvait se faufiler son espérance.

Son état de profonde mélancolie l'avait empêchée d'écrire à l'homme qui faisait battre son cœur. Elle le sentait tellement préoccupé par les graves événements survenus ces derniers jours à Sancerre qu'elle n'avait pas voulu lui parler de ses états d'âme... futilités, sans nul doute, par rapport aux responsabilités dont il avait à faire face.

Elle prit enfin la plume.


Citation :


Mon tendre compagnon.

Comment te dire ma désolation devant notre séparation?
Comment te faire part de mon inquiétude, de ma profonde tristesse de ne pouvoir te voir, te sentir, te toucher?
J'évolue, seule, dans une ville que je n'aime pas et je me sens mutilée.

Je cherche, m'interroge, jour et nuit, pour enfin arriver à cette conclusion: sans toi, je ne suis plus moi même, sans toi, il manque un morceau de cette Jehane que tu as connue et qui a perdu sa gaité, sa joie de vivre. Sans toi, je suis une errante en perdition...

Ta dernière missive me rend du baume au cœur.
J'aperçois au loin une issue, une possibilité de me rapprocher de toi pour un instant très bref mais qui sera suffisant pour m'insuffler l'énergie dont j'ai besoin pour avancer avec courage et espoir.

Un autre courrier suivra pour te faire part de ma décision.

Ohhh Asta, j'ai hâte de me blottir dans tes bras et de te dire à quel point je t'aime.
Reconnais-tu seulement l'ampleur de cet amour?

Jehane qui t'appartient.



La seule chose intéressante, qu'elle avait trouvée dans cette ville qu'elle exécrait, était une herboristerie où elle avait fait le plein de tout ce qu'elle avait pu trouver aux senteurs de jasmin: savon, onguent, herbes médicinales, fleurs séchées pour tisanes....

Elle en profita et abusa même du parfum sur le ruban qu'elle noua autour du cou de son faucon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 15 Oct 2009 - 22:17

Les jours passent, se ressemblent tous, a part un ou deux evenement qui viennent casser cette routine de revolte et de solitude. Lui et ses amis defendait toujours Sancerre, voila une semaine que cela durait maintenant. Une semaine à rester eveiller la nuit et se relayer pour se reposer la journée.
Asta lui, restait tout le temps eveiller. La nuit a defendre et la journée a gerer les pénuries de pains du marché. Seulement des petits moments de quelques minutes pour se reposer et dmir un peu.
Heidi, heidi, c'etait donc elle qui faisait disparaitre le pain et qui laissait s'accumuler le blé sur le marché, elle qui ne possede rien. Fallait qu'elle refasse parler d'elle. Bizarre que ce soit juste à cette époque.
Bref, il en avait fait part au prevot, tout devrai s'arrenger.

La se trouvait devant lui la missive de son grand amour le ruban parfummé de jasmin appuyé contre son nez, eniflant cette odeur si familière de sa douce et tendre.


Citation :
Ma douce colombe

Pour commencer, sache une chose. Cette petite distance d'un jour de marche qui nous sépare est la pire de toute. Je t'ai demandé de t'arreter à Cosnes pour ta sécurité, mais je me demande si j'ai bien pensé à tout en te demandant ça.
Voila plus d'une semaine que je defends la mairie et Sancerre contre ces etrangers qui attaque sans relache la ville.
Parraitrait que ce soit le duché qui demande a ces hommes de ce revolter. Pffffffff, en arriver a attaquer une ville de son duché, il a dut perdre la tête, mais completement.
Bref, treve de futilités. Venons en au fait.

Tu me manques terriblement et je te souhaite à mes cotés le plus tot possible. Le temps risque d'etre long entre aujourd'hui et le jour de nos retrouvailles. Je ne sais quand ce termineront ces assauts incessants contre la mairie mais ce qui est sur, c'est que ta presence à mes cotés comblera le vide que tu as laissé dans mon coeur le jour ou tu es partit.
Si de ton coté et de mon coté nous nous sentons mal d'etre séparé, pourquoi le rester?

Reviens vite, s'il te plait. Je t'aime, et quoi qu'il arrive, nous deux ensemble nous serons plus fort que chacun de notre coté.

Apres libre à toi de te rendre la ou tu sais. Tu seras peut etre mise en danger à rester a mes cotés, mais au moins le vide qui remplis nos coeurs sera comblé.

Ton Asta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Ven 16 Oct 2009 - 17:50

Le voyage n'avait pas été long et comme aucune fatigue ne se faisait sentir, Jehane fit son petit tour d'horizon en gargote et en halle de Sancerre... pour dire de prendre la température!
Et non, pas grand chose de changé. Les divers clans étaient là, à discutailler de qui avait fait quoi, avant, après, pendant... Toujours fidèles aux postes de dénigreurs, de juges, de critiques en tout genre, sans parler des rancœurs personnelles qui se répandaient ouvertement et publiquement... Et tout ça, avec comme seul et unique responsable... celui qui riait dans sa barbe et préparait librement son terrain de la dernière attaque, sa énième "prise de pouvoir".......


Grrrrr, non, n'interviens pas, c'est pas l'moment!
... Mais bon sang, quand vont-ils comprendre que c'est ici et maintenant qu'il faut attaquer? Y en a pas mal qui se trompent d'ennemis!


Elle laissa, derrière elle, les forts en gueule et les tire au flancs et orienta son esprit vers un projet d'un tout autre ordre: apporter un peu de chaud bonheur et de tendresse dans ce monde de brutes, plus particulièrement à un seul et unique homme...

Un brin de ménage s'imposait. Elle était bel et bien en la demeure d'une personne seule et fortement occupée...

Déjà des effluves de cuisine mijotée embaumèrent les pièces, le feu crépitant répandait sa douce chaleur, annonciateurs de vie, d'accueil en son logis et de partages tant mérités.

La table prit vite des allures de festin et si Asta ne s'éternisait pas auprès d'elle, elle le comprendrait... L'important était l'accueil qu'elle voulait lui faire.

Très vite, elle se débarbouilla. Aussi vite, elle sauta dans des vêtements propres et coquets et alors qu'elle chassait vainement sa mèche rebelle, elle parla tout haut:


Voilà mon amour, tu peux rentrer, je suis prête et tout à toi...


Dernière édition par Jehane le Dim 18 Oct 2009 - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 26 sur 28Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27, 28  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soirée du Vendredi 27 aout 2010 chez Blutch
» Quelques "Case Blue" chez MMP
» du nouveau chez ubisoft
» Un elfe chez les nains
» Envoi de SMS gratuits depuis Chez Patapwet avec Google Agenda !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la mairie de Sancerre RR :: Village de Sancerre :: Habitations de Sancerre-
Sauter vers: