Forum de la mairie de Sancerre RR



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28  Suivant
AuteurMessage
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 17 Oct 2009 - 0:54

La nuit precedente fut calme, pas de revolte de la nuit. Astaroth et ses amis avaient put se relayer et se reposer à tour de role.
Mais la journée fut mouvementé. Apres des assauts contre la mairie, ce fut l'heure des débats qui commença.

La journée fut fatiguante a sans cesse reprendre la desinformation de certain qui pensait avoir la verité, la vraie.
Ooooh, Astaroth n'a pas la science infuse non plus, et encore moins la connaissance absolue, mais il travaille ardemment pour faire eclater la verité quand celle ci est voilée.

Voila, la nuit commençait a tomber et Astaroth pris le chemin de sa maison pour se restaurer avant de repartir à son poste pour defendre la mairie si d'aventure une autre revolte s'organisait.
Il poussa la porte de la maison doucement et une bonne odeur de cuisson vint lui titiller les narines et une chaleur vint le rechauffer jusqu'au plus profond de ses entrailles.
Mais une odeur toute particulière, celle du jasmin, le mis en position de chien de chasse. Il reniffla et tenta de chercher la source de cette odeur qui connaissait tant.

La source de cette bonne odeur se trouvait face au foyer. La tenue qu'elle portait n'etait pas vraiment adeqate en cette saison ou la temperature baisse et elle devait se rechauffer. Sans faire de bruits, enfin, le minimum possible, Il s'approcha de sa douce et avec une delicatesse mais aussi un empressement, il la prit par la taille, enroulant des bras autours d'elle et deposa de doux baisers dans son cou.


C'est pour moi que tu as fait tout ça?
Et que me vaut l'honneur de cet accueil.
N'etait ce pas à moi de t'accueillir?


La faisant pivoter sur elle meme et faire un demi tour, il l'embrassa tendrement

Quel bonheur de te revoir ma douce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 17 Oct 2009 - 8:29

Bien sûr qu'elle l'avait entendu entrer, bien sûr qu'elle jouait l'innocente.
N'importe quelle femme éprise aurait fait pareil sachant que les baisers dans le cou sont pures merveilles... et d'ailleurs, elle les reçut.
Deux bras chaleureux et tant attendus l'enlacèrent et des lèvres douces vinrent se poser avec délicatesse dans le cou de la jeune femme qui ferma les yeux pour mieux savourer.


C'est pour moi que tu as fait tout ça?
Et que me vaut l'honneur de cet accueil.
N'était ce pas à moi de t'accueillir?


Les deux mains, sans quitter leur place, en s'appuyant légèrement mais avec conviction, lui donnèrent l'impulsion d'un volte face des plus agréables puisque leurs bouches se rejoignirent en un langoureux baiser.

Les mots étaient-ils utiles?
Elle était blottie contre lui, les mains jouant dans ses cheveux puis descendant lentement le long de sa nuque pour parcourir son dos de caresses incessantes.
Pour rien au monde, elle n'aurait voulu rompre la magie de cet instant...


Oui... quel bonheur de se retrouver...

Elle s'écarta à peine de lui pour lui parler en souriant et avec une infinie tendresse dans la voix.

Tu dois être mort de faim!
J'ai déposé deux couverts mais je crois qu'ils ne seront pas nécessaires car...

Elle plongea alors son regard dans le sien...
Je ne veux pas me décoller de toi!

Puis, en riant, elle ajouta, sur un ton tout à fait enfantin: D'ailleurs, je crois que nous allons manger dans la même assiette et que tu vas devoir me supporter sur tes genoux!

Ses joues rougissaient, ses yeux remplis d'étoiles traduisaient son bonheur d'être enfin à ses côtés...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 17 Oct 2009 - 22:54

Supporter? mais non, quelle bonheur d'avoir ce "poids" sur les genoux pour Asta.

Une assiète pour deux? Pourquoi pas. Et puis profitons de ce moment que nous avons volé au destin pour ne pas nous séparer...

Et puis j'ai pas si faim que ça en fin de compte...


Il la saisit par la taille et la souleva comme pour deplacer un obstacle qui se trouvait sur son passage mais il la garda dans ses mains et lentement et surtout prudement pour ne pas tomber, il s'approcha de la table et la deposa, assise, sur le rebord de la table avant de passer son bras autour de sa taille et de l'embrasser amoureusement.
Apres ce long baiser langoureux, il s'ecarta legerement


Me revoila en pleine forme ma douce.
Un tas de choses me passent par la tête, si tu savais...
Mais restons sage encore un peu, a moins que le desir soit vraiment insoutenable


Il lui sourit et redeposa ses levres contre les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 19 Oct 2009 - 10:39

Assise sur la table, elle le regardait et dans sa tête, des pensées, des pensées troublantes d'abord puis, elle se redressa avec calme, se dirigea vers la fenêtre, sans mot dire et ferma, dans un geste lent, les volets de la chaumière. La pièce fut plongée dans une pénombre alors qu'en son esprit, tout semblait s'éclairer...
La guerre, cette guerre idiote dont elle avait eu des nouvelles et qui faisait couler tant de sang...
Les dernières phrases de son ami... Les "non dit" de l'homme en qui elle avait mis toute sa confiance... Le désarroi de Lili... Les victimes, tant de victime pour rien... et par dessus tout, ce qu'elle avait appris et le danger auquel elle s'exposait, sans le savoir...

Lui, il savait.... Alors, pourquoi?....

Elle reprit sa place sur le coin de la table, juste en face de lui et plongea son regard, plein de tendresse interrogative dans les yeux de l'homme qui ne dévoilait pas.
.................................
......................................................................................................................................



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 19 Oct 2009 - 23:23

Jehane se leva et alla fermer les volets. Sa demarche etait lente et ses mouvements aussi.
Astaroth la regarda, puis elle revint à la place ou Asta avait prit soin de la deposer.
Son regard était etrange. Il ne l'avait jamais vu ainsi.

Des minutes passèrent sans que rien ne soit échangé, pas un mot, pas un contact. Juste un regard fixe.

Coupant ce silence, Astaroth se decida a prendre la parole.


Quelque chose ne va pas ma douce?
Quelque chose semble te tourmenter?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 20 Oct 2009 - 10:13

Elle avait tant de choses à dire.
Les mots se bousculaient dans sa tête, essayant vainement de s'accrocher les uns aux autres pour former des phrases puis s'évanouissaient dans les méandres de son esprit.
Les lettres aussi voltigeaient en d'étranges tourbillons qui l'obligèrent à fermer les yeux pour ne pas vaciller. Aucun son ne sortit de sa bouche sèche.
Elle se sentit attirée vers l'avant et sa tête vint se poser sur l'épaule de l'homme.

Enfin, elle allait pleurer, enfin, elle était prête à permettre à ce trop plein de déceptions de s'écouler en chaudes larmes.

Lorsqu'elle se redressa, les yeux rougis et ruisselants, elle tenta alors de parler.

Elle ne contrôlait plus, tout sortait en vrac, sans liaison, peut-être même de façon décousue... les mots s'alignaient sans qu'elle eut à réfléchir.


J'ai fait ce que tu m'avais demandé, heureuse de t'entendre dire que tu refusais que je m'éternise car tu ne voulais plus être séparé de moi. Quel leurre! En réalité, je ne pouvais pas rester car ce que j'ai fait était illégal et dangereux.
Oh, je t'en veux pas de me demander un service, loin de là, j'aurais pris n'importe quel risque pour toi mais uniquement dans la franchise, la vérité, l'honnêteté... Ce ne fut pas le cas.

Partout où je vais, j'entends parler de toi, en des termes peu élogieux et crois-moi, même si je suis écœurée de les entendre, j'arrive à faire fi de ce qui se dit mais je me sens lamentablement seule en milieu hostile où jamais, tu m'entends, jamais je n'aurai ma place.
En halle, je voudrais tellement rabattre le caquet à la clique abjecte du poilu, à ce gros sacristain qui recrute des ouailles aussi petits, aussi creux, aussi analphabètes que lui.
Je voudrais tant que le maire ne réponde plus à de telles bassesses qui ne frôlent même plus le ridicule mais qui baignent dans l'idiotie la plus complète.
Tous ces gens sont six pieds sous terre et tu t'enterres avec eux!

Je sais que tu vaux mieux, je sais que tu n'es pas comme eux mais je reste une étrangère qui ne tient pas à payer les pots cassés d'une guéguerre sans fondement réel.
Je ne peux pas, en tant que Moratoise, tremper dans la boue des conflits d'intérêt.
Comprends que je ne me suis pas retrouvée dans Sancerre, ville belle et accueillante qui me donnerait l'envie de m'y établir ou de la défendre. J'ai échoué ici pour le mariage de mes amis dans un premier temps et ensuite, pour TOI...
Le Berry n'est pas une terre d'accueil et ne le sera plus tant que le poilu est encore en vie. Aussi, je comprends que tu te battes pour qu'elle le redevienne, mais, ne me demande pas de participer à ce combat.

Ma place n'est pas ici, ni à la frontière où les portes sont fermées, ni même dans un autre Duché voisin de Berry.
Oh, bien entendu, je pourrais t'attendre mais à quel prix? Et surtout, combien de temps?
Combien de temps Asta, as-tu l'intention de me faire patienter?

Que me proposes-tu concrètement? Une vie à passer à t'attendre? Une vie de fuite car tu sais mieux que moi la suite à donner à tous ces bouleversements?
Une vie à occuper la deuxième place? Que dis-je, la deuxième place? Tant de choses, dans ton existence, passent avant Jehane!

Tu vois, je me sens comme un pion qu'on déplace sur un jeu... si au moins j'étais la reine...


Elle s'arrêta un instant, non pas qu'elle n'eut plus rien à dire ou qu'elle dût chercher les mots, non, sa gorge était râpeuse et sèche. Elle toussota et si ses yeux ne larmoyaient plus, son cœur lui saignait.
Elle reprit le court de son monologue, mettant son indexe sur les lèvres de l'homme chaque fois qu'elle sentait qu'il voulait la contrer. Il ne fallait pas l'interrompre. S'il parlait, elle le savait, le peu de courage qu'elle avait encore en réserve ne tarderait pas à s'assécher...


Maintenant, Asta, es-tu décidé, au nom de ton amour, à m'exposer, au danger qui menace Sancerre et tous ses habitants?
Alors que tu savais que je revenais vers toi, tu as enclenché une machine que tu ne peux plus arrêter. Je ne te reproche pas ce fait, tu as agi avec ce que tu avais, c'est à dire bien peu, dans l'empressement et l'urgence. Avais-tu d'autres choix? Ce n'est pas à moi d'en juger.
Par contre, tu as eu mille et une occasions dans tes missives de me mettre au courant du bourbier dans lequel j'allais mettre les pieds.

Aujourd'hui, je suis proche de toi et tu es si loin...

Ma place n'est pas ici, elle ne l'a jamais été et les choses ne s'arrangent nullement pour qu'elle le soit un jour. Ça, tu en es totalement conscient mais tu n'en parles pas, bien trop occupé par les attaques dont tu veux te défendre.

Ce soir aurait pu être notre soir, intime, chaleureux, fait de tendresse et d'amour, c'est vrai et j'aurais pu faire en sorte de ne pas gâcher cette unique opportunité qui nous est offerte depuis.... depuis.... je ne compte même plus les jours.

Devons-nous nous permettre cette gâterie pour nous offrir le luxe du souvenir d'une seule et unique nuit d'amour?

Je prends la décision de dire non, même si l'envie d'être dans tes bras me brûle car je ne désire pas nourrir mes prochains jours de ce souvenir, je ne veux rien regretter.

Je t'aime Asta, du plus profond de mon être et la souffrance sera moins forte loin de toi que celle que je ressens alors que nous sommes si près.

La vie est un déchirement, il en est ainsi.

Continuons de nous aimer par procuration. Nos échanges de courriers sont les seuls moments où tu es capable de m'aimer... je m'en contenterai.

Demain, je reprendrai le chemin de Murten et si tu le désires, quand tu te sentiras prêt, je serai moi aussi disposée à te rejoindre où tu voudras pour commencer notre vie qui est demeurée à l'état d'une simple ébauche...

Je te demande pardon Asta, je dois respirer, là où on est libre de penser, de dire et d'agir. Ici, je m'asphyxie, je me sens mourir à petit feu et je n'ai pas le droit de t'imposer mes états d'âme.
Je te donne le champ libre, sans la charge d'une femme qui a déjà suffisamment prouvé son amour.

A toi de faire le reste, si tu le désires et quand tu le voudras, moi, je ne t'impose rien...




Sa tête reprit sa place, au creux de l'épaule de l'homme qu'elle aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 20 Oct 2009 - 22:50

Mais que racontait elle? Astaroth était autant perdu qu'elle. Quel danger, quel risque, quel bourbier? Il la laissa terminer se long monologue qu'elle insistait pour terminer sans qu'Asta intervienne, bien que des questions lui traversèrent l'esprit.
Lorsqu'elle eut finit, il passa ses bras autour d'elle et commença à lui repondre.


Pourrai tu m'expliquer de quoi tu parles?

Autant la partie sur l'amour que tu me portes et les preuves d'amours que tu as deja accomplis, j'ai saisi, mais vraiment bien compris et je l'ai deja reconnu dans une de mes missives que je t'ai envoyé. J'ai même reconnu que je n'en avais pas fait autant, voir pas fait du tout. Et pourtant je t'aime Jehane, je t'aime.

Maintenant pour le reste, je patauge

Quel danger? Quel bourbier? Peux tu m'expliquer de quoi tu parles?
Quel danger te menace toi, Sancerre et ses habitants?
Je suis pas au courant de tout ça...


Il prit Jehane par les épaules et l'ecarta legerement de lui.

Regarde moi dans les yeux.

Il attendit qu'elle leve les yeux vers lui. Il prit un regard serieux. Ce genre de regard qu'il empreinte quand il est lancé dans son travail.

Je peux te jurer sur la tombe de mon oncle, que je suis pas au courant de cette menace que tu sembles etre au courant.
Je t'aime et j'avoue que en ce moment, je suis plutot prit par le temps. Et je te demande de m'excuser, mais ce temps perdu sera rattraper, je t'en fais la promesse.

Je t'ai parlé du roman de notre vie que nous ecrirons à deux, et nous l'écrirons. Nous puvons d'hors et deja l'ecrire.

Je ne souhaite pas que tu partes, vraiment. Si je pouvais, je t'enfermerai à double tour chez moi, condamnant fenetres et portes pour te garder aupres de moi afin que nous vivons afin notre vie. Mais je peux pas...


Il marqua un temps d'arret, repassant dans sa tête les evenements qui ont jusqu'a aujourd'hui marqué leur vie a eux deux, la serant contre lui.
Des séparations, trop de séparations. Pas une de plus...


Non, je refuse ton départ. Ma douce, je veux pas que tu parte et je ferai en sorte que tu partes pas.
Ton prochain depart, aura lieu avec moi. Et plus tot que tu ne peux le croire...


Il la lacha quelques seconde et alla mettre un mentel de couleur rouge ou il prit soin de relever le col, cachant ainsi le bas de son visage. Il se tourna alors vers Jehane.

Je te présente Bergan. L'homme que tu vois en face de toi a participé à un enlevement qui a fait beaucoup de bruit à Sancerre il y a de ça un an, et il est pret à reprendre du service en t'enlevant toi.

Si tu le desire, je peux lui demander d'agir pour que tu restes à Sancerre, afin que je puisse te demontrer l'amour que je te porte...


Non de dieu, que venait il de faire. Que voulait il prouver à part qu'il perdait completement la boule...
Du moins c'est ce qu'il pensait de ce que pouvait penser Jehane a ce moment precis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehane
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 22 Oct 2009 - 11:08

Regarde-moi dans les yeux, avait-il osé dire.
Elle le fit, avec rage, se demandant s'il était sourd et aveugle... muet, certes pas!
Son cœur saignait et pourtant, elle se devait de tenir, de persister dans sa voie à elle, sans se laisser aller aux mots de l'homme qui de toute évidence ne voulait pas accepter qu'il avait agi pour lui sans vraiment penser à elle.


Asta, tu prétends m'aimer et cependant, depuis tout ce temps, je n'en ai vu aucune preuve. Au contraire. J'ignore si c'est de la maladresse de ta part ou si je ne suis, en réalité, qu'un objet entre tes mains.
J'étais à Cosne et j'ignorais ce qui se tramait ici. Dans la position où tu te trouvais, une réelle réaction d'amoureux eut été de m'éloigner des conflits. Au lieu de ça, tu m'as jeté dans la gueule du loup en me proposant une mission dont tu n'ignorais pas les dangers.
Maintenant que cette mission est accomplie, dis-moi, qu'ai-je de plus, si ce n'est être mouillée jusqu'au cou pour un service rendu à ta ville, sans en avoir même été remerciée?


Elle avala sa salive, ne le quitta pas des yeux et poursuivit.

Surtout, ne me parle pas du danger qui guette Sancerre, n'aie pas l'audace de prétendre que tu n'es pas au courant, alors que toi même, tu ne doutes pas de l'issue des conflits! Rappelle-toi ce que j'ai dit il y a un instant: Me proposes-tu une vie de fuyards? Est-ce le seul et unique moment où tu te sentiras le courage de réaliser quelque chose avec la femme que je suis: la fuite?
Non, Asta, je suis amoureuse, certes, mais pas au point de devenir une bouée de sauvetage, je tiens trop à mon intégrité... intégrité que tu as déjà commencé à grignoter.


Elle savait qu'au fond de lui, il l'aimait mais lorsqu'elle le vit avec son mantel rouge... elle se sentit complétement désarçonnée et n'eut plus qu'une envie: capituler.

Elle souffla, désolée de ne pas réussir à faire passer ses messages


Je crois que tu perds la raison, Asta.... oui, tu es fou, ajouta-t-elle, néanmoins en souriant tendrement ,comme on sourit devant l'imagination trop grande d'un enfant qui se sent pris au piège.
Elle se leva, endossa sa cape calmement, accrocha sa besace à son épaule, l'embrassa en lui caressant la joue et se dirigea vers la porte.
Se retournant, quelques paroles sortirent de sa bouche avant d'éclater en sanglots sur le chemin...


N'est-ce pas toi qui as dit: " L'avenir, c'est nous qui le construisons?".... Tu as raison, Asta..... alors, réfléchis à toutes nos discussions et de grâce.... construis...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 22 Oct 2009 - 23:48

Sur certain point, elle n'avait pas tort. Qu'avait fait Asta pour Jehane, à part la regarder partir, puis revenir, puis repartir, et revenir encore. avait il seulement fait un pas vers elle pour la retrouver? Non.
"Maladroit" oui ce doit etre ça, maladroit avec les femmes.

Le nez bien caché dans son mantel il resta fixe, ne cherchant pas à repondre.
Il devait réagir. Il avait devant lui lame qu'il aimait et sa maladresse et surtout ses responsabilités l'empechaient de vivre heureux avec elle.
Mais il ne pouvait pas non plus abandonner ceux qui le soutenaient. Ce serait trahir leur confiance et leur amitié...

Apres que Jehane l'eut embrassé, Astaroth pprononça quelques paroles. Peu de choses, mais il esperait grandement que ses paroles seraient entendut dans le bon sent non le mauvais.


Ne doute pas d'une chose.
Je t'aime, et quelque soit l'endroit ou tu te trouvera, je te retrouverai. Mais je dois d'abord finir mon travail. Mes amis me font confiance...
Nous construirons ensemble, c'est une promesse, a moins que tu n'en decide autrement....


Il la regarda s'eloigner, entendant au loin les pleures de sa douce, dont il etait le seul responsable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 24 Oct 2009 - 2:14

Voila une journée que Jehane était partit et que Asta était resté à s'occuper des affaires de maire pour faire passer le temps.
11 jours, restait plus que 11 jours pour etre enfin liberé de ses engagements et ensuite au revoir Sancerre, au revoir Berry et bonjour au bonheur sans risque d'etre une fois de plus perturbé. Il pourra consacrer cent pour cent de son temps à la femme qu'il aime.

Malgré qu'il avait son corps au travail, son esprit etait ailleur.
Ne pouvant penser a autre chose, il s'arreta quelques instant pour consacrer quelques minutes, malgres la distance, à sa douce.


Citation :
Ma douce Jehane

Ou es tu? A peine partit hier que deja je meurs à petit feu.
Pourquoi t'ai je pas retenu? J'aurai put, mais j'ai bien vu que tu étouffais à Sancerre, même avec moi a tes cotés... surtout avec moi à tes cotés
J'aurai voulut consacrer beaucoup plus de temps pour nous, mais vois tu j'ai prit des engagements et qui je serai si je n'allais pas au bout de ces engagments? Mais ces engagements vont avoir une fins, alors que ceux que je prendrai envers toi dureront une vie complete.

Onze jours. Dans onze jours je serai liberé de ces engagements et je prendrai la route pour te rejoindre.
Pas besoin de me dire ou tu seras, mon coeur me gidera vers toi.

Je t'ai entendut, hier soir, quand tu es partit. Je t'ai entendut pleurer, mais j'ai preferé rester adossé à la porte et ne pas te courir apres.
Pourquoi me dira tu... Parce que ça n'aurait rien arrengé. ça n'aurait fait que empirer les choses.

Je t'aime et je ne veux plus faire de faux pas. C'est pourquoi, je finis ce que j'ai commencé, et apres, je ferai mon maximum pour que nous écrivions ce roman dont je t'ai parlé.

Soit prudente et donne moi de tes nouvelles.

Ton Asta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincelian
Citoyen acharné
Citoyen acharné
avatar

Nombre de messages : 145
Date d'inscription : 23/05/2009

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 24 Oct 2009 - 8:06

Citation :
Chère Astartoh,

Nous rentrons chez nous. J'ai constaté avec plaisir la présence de Jéjé dans la compagnie. J'en déduis que tu n'as rien compris à ce qu'on a essayé de t'expliquer, que Jehane n'est pas à ta disposition. On ne commence pas une vie au moment où l'homme le décide, c'est issu d'une réflexion commune. Jusqu'au bout, tu as voulu la forcer à rester, sans jamais l'écouter, tu m'as répété qu'elle resterait, monsieur savait des choses que j'ignorais.
Bon au final elle est avec nous.

J'apprends que tu l'as envoyé à Gien, je me passerai de commentaire.
Tu seras toujours incapable d'aimer qui que ce soit car tu ignores ce que la concession veut dire. Hormis si un jour tu tombes sur une femme sans personnalité ni caractère, qui ne demande rien d'autre que ta présence, prêtes à encaisser tes caprices et ambitions. La complicité ne fait pas tout.
Ne viens pas chercher Jehane sinon je te tuerais sans hésiter. Ne nous fais pas l'affront de vouloir jouer les amoureux fou une fois que ton combat terminé. D'ici quelques jours tu auras tout perdu. Tu seras seul.


Je te souhaite de mourir au combat, sans souffrir, histoire que ton venin ne manipule plus personne.

Hostilement,
Vincelian


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
astaroth
Citoyen d'Honneur
Citoyen d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1670
Age : 31
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 24 Oct 2009 - 15:55

Astaroth reçu la missive de Vince. Il fronça les sourcils à la lecture

Citation :
Vince

Alors je vois qu'on a plus rien à ce dire. Si pour toi des engagements, quels qu'ils soient ne veulent rien dire et peuvent etre mis de coté pour des quelques raions, valbable ou non, on a vraiment plus rien à se dire.
Je pense serieusement à Ondeline. Si tu agit comme tu me parle, je craint que ton engagement envers elle ne tienne pas et je vous vois bien vous séparer d'ici peu, quelqu'en soit la raison...

Maintenant, je viendrai retrouver Jehane. Si tu veux me tuer, tu aura l'occasion de la faire, mais nous ferons cela dans les regles...

Je te dis pas adieu, je te le dirai lorsque tu me provoquera en duel et qu'on sera dans l'arene.

Astaroth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilona.
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 10 Déc 2011 - 6:50

(fin d'une histoire, début d'une autre)

-------------------------------------------------------------------------

Des années plus tard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilona.
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Sam 4 Fév 2012 - 0:22

Une main sur la joue droite, une chaleur qu'elle ne voulait pas oublier, qu'elle protegea du froid intense de la nuit. Elle ne tenait plus ses larmes qu'elle avait retenu durant la fin de soirée. Un melange de sentiments la perdait dans ses pensées. Mais quels sentiments, elle ne savait pas trop non plus.
De la colère? contre qui? son père? Celui qui lui a tout donner avant de mourir
De la tristesse? mais pourquoi? une soeur qu'elle a jamais connu? Une mère, qui a perdu deux filles?
De l'amour? oui c'est sur qu'elle aime.
De la haine? contre un assassin? Elle ne le connait pas, mais il a tué sa soeur, mais elle ne la connaissait pas...
De la joie? oui elle a retrouvé sa mère... Enfin retrouvé... Peut on parler de retrouvaille si on ne se souvient pas de la personne? si on ne connait pas la personne? Si on ne la jamais vu?
De l'envi? Envi d'etre avec sa mère, mais envi d'etre seule et de la laisser seule
De l'espoir? Oui mais l'espoir vient apres...
De la detresse? D'etre si près de sa mère, mais si loin en même temps.
Ce cocktail de sentiment était trop pour elle. Jamais elle n'avait resentit autant de choses en une soirée.

Elle arriva finalement chez elle, poussa la porte, entra aussitot et claqua la porte derière elle. Il ne fallut pas longtemps pour qu'Ilona se laisse tomber au sol et se recroqueville sur elle même. Elle finit par se lacher completement et sanglota. Il y faisait sombre. Une faible lueure qui venait de l'atre se perdait dans le noir de la nuit. Peu de lumière, peu de chaleur également, l'émotion accumulée dans la soirée Ilona se laissa aller dans un sommeil apres s'etre vidée de ses larmes, sa main toujours posée sur sa joue pour proteger cette chaleur qu'elle ne voulait pas oublier. La chaleur d'une main sur une joue, de Sa main sur sa joue, un geste qui semble rien entre une mère et une fille, mais qui pour elle, à ce moment precis, representait enormement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabeau
Conseiller municipal
avatar

Nombre de messages : 8487
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Dim 5 Fév 2012 - 9:24

Il faisait grand froid. L'eau gelait dans les abreuvoirs, dans les puits. Plus possible de faire prendre des bains aux portiers récalcitrants des tavernes, sauf à casser la glace...
Ysabeau, au petit matin, sortit en frissonnant de sa maison, s'en fut au bureau de la douane rédiger son rapport journalier.
En écrivant elle pensait que bientôt, elle prendrait enfin la route avec son cher époux, avec ses meilleurs amis, qu'enfin elle le ferait, ce voyage de noces tant retardé pour cause de guerre.
Un petit pincement au coeur à l'idée de quitter son cher Sancerre, certes... Mais la joie de penser à la découverte de nouveaux horizons, et surtout... être avec celui qu'elle aimait, qui la rendait si heureuse, avec Cle, avec Ary qui avait elle aussi trouvé le bonheur.
Son rapport rédigé, elle décida d'une petite promenade dans les rues.
Ses pas la menèrent jusqu'au rempart des aristotéliciens.
Norf, la porte de la maison d'Asta, qui était devenue celle de sa fille Ilona, était légèrement entrouverte;
Avec ce froid, quelle idée de laisser porte ouverte.
Elle la poussa légèrement, la porte grinça.


Faudrait penser à graisser les gonds..., murmura-t-elle.

Elle entra. Pièce sombre, cheminée où ne brûlait nul feu. Frisson. Il faisait froid, très froid.
Sur le sol, une silhouettte recroquevillée, les yeux clos, qui visiblement avait pleuré.
Elle s'approcha. Reconnut Ilona qu'elle avait parfois croisée dans les couloirs du conseil municipal. Se pencha vers elle.


Norf, Ilona... que fais-tu là par terre ? Dans ce froid ?

Sans attendre sa réponse, elle mit du petit bois et plusieurs bûches dans la cheminée, souffla sur les braises presque éteintes.

Allez le feu, ranime-toi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilona.
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Dim 5 Fév 2012 - 12:35

Dans son sommeil, il n'y avait que du vide et un froid intense. Debout dans l'obscurité completement nue, serrant ses bras contre son ventre pour resister au froid. Elle appelait mais nul son ne sortait de sa bouche. La detresse d'etre perdu, seule dans le noir, l'angoisse de le rester, de n'avoir personne vers qui se tourner, ces sentiments l'envahissaient. Tout autour d'elle le silence... Ilona pleurait, cherchait une voix... jusqu'au moment ou...

Norf, Ilona... que fais-tu là par terre ? Dans ce froid ?

Dans son rêve "Je vous entends, ou etes vous?"
Mais la voix ne repondit pas, Ilona rechercha d'ou pouvait venir cette voix mais elle ne vit personne, seul le noir regnait autour d'elle. Puis à nouveau elle entendit quelque chose, mais cet fois le son se faisait plus fort.

Allez le feu, ranime-toi !
Elle ouvrit tres difficllement ses yeux. Elle était frigorifiée. Etait elle encore dans un rêve? Non elle voyait quelque chose, de la lumière, la lumière de dehors... Elle resta allongée, recroquevillée dans la même position qu'elle était lorsqu'elle s'est laissé tombée au sol hier soir. Elle se tatta... Elle avait encore ses vetements... Elle laissa echaper un petit souffle de soulagement laissant echapper une petite fumée blanche de sa bouche. Elle se souvint de la voix qui l'extirpa de ce cauchemard. En se redressant elle laissa echaper de sa bouche.

M... Maman

Mais ce n'était pas sa mère. Elle vit Ysabeau à genoux devant la cheminée tentant de ranimer un feu presque mort. Elle ne savait comment réagir. Contente de voir Ysabeau ici, ou triste de ne pas voir celle qu'elle espérait. Encore dans le brouillard, elle s'approcha d'Ysabeau et lui posa sa main sur l'épaule alors que des flamèches commençaient à apparaitre et grignotter les brindilles. Une legere chaleur sortait de l'atre, douce et agréable

Merci Tat'Ysa de m'avoir sortit de ce cauchemard.

Elle l'appellait ainsi depuis un soir, en taverne, Ysabeau accepta qu'Ilona l'appelle ainsi. Cela la rassurait, et à ce moment precis, elle se sentait un peu moins seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabeau
Conseiller municipal
avatar

Nombre de messages : 8487
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 6 Fév 2012 - 9:39

Sentant un frôlement sur son épqule, Ysabeau se retourna. Ilona était là, tout près d'elle. Le feu recommençait à prendre, bientôt les flammes s'élèveraient joyeusement dans la cheminée.
Elle fit un sourire à Ilona... Tat'Ysa... tiens c'est vrai, elle l'appelait comme ça...
Elle se leva et...


Un cauchemar ? Que t'arrive-t-il Ilona ? C'est quoi ce cauchemar ? Raconte... Allez viens près du feu, tu as l'air frigorifiée...

Elle montra à Ilona le banc près de la cheminée, et l'invita à s'y asseoir.

Enfin je te dis raconte... tu n'as peut-être pas envie de raconter. Tu sais comme je suis curieuse, hein...
Tiens faudrait faire un peu de ménage chez toi, on voit que personne n'y a habité pendant des lustres !


Elle regardait la pièce, détournant la conversation, un peu honteuse de sa curiosité. Ne voulant pas meurtrir à nouveau Ilona qui semblait fort désemparée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilona.
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 7 Fév 2012 - 6:26

Ilona, assise pres d'Ysabeau, tendit ses mains vers le foyer pour s'impregner de la douce chaleur qui s'y élevait.

Tu as raison Tat'Ysa, j'étais gelé. Et puis ce cauchemard... Brrrr, il me fait encore froid dans le dos.
Je sais pas si tu as vraiment du temps à me consacrer pour ce genre de futilitées...


Elle esperait qu'Ysa reste et insiste pour qu'elle lui raconte son cauchemard, mais surtout pour parler de la veille... Ilona avait besoin de parler, mais ne voulait pas etre envahissante.


[hrp: Dsl, pas eut le temps de faire mieux pour aujourd'hui, mais la prochaine fois, promis ce sera beaucoup mieux ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabeau
Conseiller municipal
avatar

Nombre de messages : 8487
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mar 7 Fév 2012 - 7:32

Ysabeau sourit et passa son bras autour de l'épaule d'Ilona

J'ai toujours du temps pour mes amis, Ilona. Et je n'ai jamais oublié ton père...léger soupir...mais je comprendrais que tu n'aies pas envie de parler, tu sais je suis curieuse, mais je comprends qu'on ne veuille rien dire.
Futilités... pourquoi parler de futulités ? ce ne sont certes pas des futilités que ce qui t'a fait te geler par terre toute la nuit.


Elle se tut, contemplant le feu dans l'âtre. Une douce chaleur régnait maintenant dans la salle, au moins près de la cheminée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilona.
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mer 8 Fév 2012 - 6:12

Ilona sourit.

En fait, c'est moi, je suis une idiote. J'étais encore dans mon illusion ou tout était beau et tout et tout, mais je viens de me rendre compte que c'était pas le cas. Apres toutes ces années, j'ai cru qu'il fallait que je debarque comme ça pour que ma mère m'acceuille à bras ouverts mais ce n'est pas le cas.

Elle soupira.

En d'autre circonstences peut etre que s'aurait été le cas...

Elle eut une pensée pour sa petite soeur, quelle ne connaissait pas, mais dont la nouvelle la toucha.

Tu dois savoir que ma mère à eut des jumeaux, un gars et une fille et que la fille a été assassinée par une armée... berrichonne en plus...

Un frisson descendit tout la long da sa colonne vertebrale en imaginant l'horreur que sa petite soeur a put vivre et à la violence de l'acte.

Enfin, je n'étais pas au courant de cette histoire, c'est maman qui me l'a raconté hier soir. Elle me dit qu'elle a également besoin de temps pour faire son deuil de sa fille avant de dire qu'elle m'acceuille à bras grands ouverts.

Une larme s'écoula le long de sa joue. Elle passa sa main sur sa joue pour arreter la course de la larme et l'essuya sur ses braies. un bref moment elle repenssa à cette main pleine de ouceur qui s'était posée sur elle hier soir. Une chaleur qu'elle ne voulait pas oublier et qu'elle esperait revivre.

Je comprends parfaitement sa position, je n'ai pas le droit de debarquer comme ça au milieu de sa vie en disant
"c'est moi ta fille, bon alors ou elle est ma chambre... Qu'est ce qu'on mange ce soir?"
C'est sur j'aurai aimé que ce soit le cas, mais depuis quand la vie est elle aussi facile... ... Je suis une idiote hein Tat'Ysa?


Elle appuya sa tête sur l'épaule d'Ysa et ferma les yeux brievement. Elle s'imagina un instant contre l'épaule de sa mère mais son cauchemard revint la hanter. Elle r'ouvrit les yex aussitot.

Tat'Ysa, j'ai peur de me retrouver seule. J'ai deja perdu mon père, je veux pas perdre ma mère... Que dois-je faire?

Elle contemplait le feu. Les flammes devorant les buches laissant s'envoler de minuscules lucioles incandescentes dans les craquements du bois sous la chaleur du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabeau
Conseiller municipal
avatar

Nombre de messages : 8487
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mer 8 Fév 2012 - 8:35

Ysabeau écoutait, écoutait. La jeune fille racontait, expliquait. Pas facile cette situation. Et puis, connaissant le caractère de Claire...
Ilona posa sa tête sur l'épaule de sa voisine, ferma les yeux.
Elle attendait une réponse, des conseils. Mais quels conseils pouvait-elle donner ?


Ilona... je comprends ton désarroi. Oui, il n'est pas facile pour une mère de retrouver une fille qu'elle n'a quasiment pas connu, tu étais un bébé quand ton père t'a enlevée à elle. Je m'en souviens, je l'avais arrêté à la porte de Sancerre, mais je ne t'avais pas vue dans la carriole, ils t'avaient bien cachée, lui et Jehanne... Tiens, Jehanne, que devient-elle ?
Et puis, c'est vrai, Claire a vu sa fille se faire tuer par l'armée berrichonne, alors qu'elle venait la ravitailler. Foutue guerre, foutues armées. Je déteste tout cela.
Elle aussi est en désarroi... Le seul conseil que je te donnerais c'est ... patience. Le temps parfois fait des miracles.
Et puis, ne dis pas que tu es seule. Nous sommes là, nous, tes amis. Prêts à t'aider, à t'épauler, à te tenir compagnie.
Bon... je vais bientôt partir en voyage de noces avec mon cher Oxytan, voyage qui a été retardé par la guerre...
J'ai une idée, si tu nous accompagnais ? Voir du pays te changerait les idées... Non ?


Elle la tenait dans ses bras, la berçant comme une enfant... eut un petit sourire, Ilona n'était plus une enfant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilona.
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Jeu 9 Fév 2012 - 21:45

Ilona écouta Ysabeau avec attention. Elle avait l'air de culpabiliser pour cette histoire d'enlevement il y a quelques années en arrière. Et puis vint le conseil, celui qu'elle ne voulait pas vraiment entendre mais qu'elle savait pertinemment que c'était ce qui allait ressortir de la discussion, "patience".
Mais elle attendra, comme il était convenu la veille avec sa mère. Elle ne pouvait rien faire d'autre de toute façon. Elle attendra mais elle ne sera pas pour autant inactive. Elle a une mère et un frère, il ira les voir de temps à autre sans pour autant etre étouffante. Il faut laisser le temps au temps. Et puis ce petit frère de cinq ans, comment ne pas le destabiliser. Il vient de perdre sa jumelle et va retrouver une soeur. Va t il comprendre? Comment aborder cela avec lui...
"Bonjour je suis ta grande soeur Ilona"...


Je te remercie Tat'Ysa. Merci d'etre la.
Je ne viendrai pas avec vous. J'ai à faire ici. Je sais que je dois attendre, mais je ne veux pas non plus etre absente. Maman pourrait avoir besoin de moi, et puis elle m'a demandé de venir la voir à son domaine.
Même si notre relation mère fille n'est pas vraiment celui que j'esperai, je vais tout faire pour qu'il le soit, que ce soit demain ou dans quelques années, mais je dois etre presente.


Le bercement d'Ysabeau était agréable et amusant. Ilona se laissa aller dans ses petits va et vient. Elle leva ensuite la tête vers Ysa.

Je vois que tu sais y faire... quand est ce que ce sera ton tour d'avoir un enfant?

Elle lui sourit. Bien qu'elle n'y est pas assistée, elle savait qu'Ysabeau venait de se marier et que la logique voulait qu'apres le mariage, il y est un enfant... Elle repensa à cette logiqu et se dit que sa presence en ce monde defiait alors toute logique... Interieurement cette pensée la fit rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabeau
Conseiller municipal
avatar

Nombre de messages : 8487
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Lun 13 Fév 2012 - 9:09

Ysabeau sourit et répondit :

Mon tour viendra Ilona, il viendra... pour l'instant je pense au voyage, nous l'attendons depuis si longtemps. La guerre nous a longtemps séparés, mon époux et moi mais maintenant... rien ne s'oppose plus à la venue d'un enfant, fille ou garçon.

Elle comprenait que la jeune fille veuille rester à Sancerre, dans l'espoir de créer un vrai lien avec sa mère.

Je comprends que tu veuilles rester ici, auprès des tiens, Ilona. Tu verras, le temps fait parfois des merveilles. Je te le souhaite en tous cas, que tu aies ce cadeau, cette joie, une vraie famille.
Nous partons prochainement pour Bourges, assister au mariage de Jimmy, un ami plus que cher qui a enfin trouvé celle qui le rendra heureux.
Puis nous nous rendrons quelques jours à Chateauroux où Clealan a une promesse à tenir, puis à Gien où une amie d'Ary va se marier, encore un mariage oui oui...


Elle sourit, ils allaient en effet de mariage en mariage, et elle aimait ces cérémonies et ces fêtes

... et puis nous reviendrons un peu à Sancerre, j'ai une chemise à fabriquer avant le grand départ.
Voilà tu vois, je ne suis pas encore complètement partie... et puis, tu sais, je suis à peu près sûre que Sancerre me manquera et que nous y reviendrons.
Je vais te laisser Ilona, sois heureuse je te le souhaite, vraiment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilona.
Citoyen présent
Citoyen présent
avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mer 15 Fév 2012 - 9:05

Tous ces mariages... Ilona sourit en ecoutant Ysabeau raconter ses futurs voyages. Ca promettait de longues heures de route... mais

Soyez prudent sur les routes, elles ne sont pas tres sur, et même quand on pense avoir la protection militaire, c'est elle ci qui vous attaque...

Cette remarque n'était pas innocente, elle faisait référence à la mort de sa petite soeur.
Maintenant, la chaleur regnait dans tout la pièce, le feu qu'Ysabeau avait allumé quelques temps plus tot était un plaisir à regarderet sa chaleur un délice à savourer apres avoir passé toute la nuit dans le froid.
Ysabeau se leva, Ilona la regara se lever mais elle resta assise devant la cheminée. Elle devait partir, preparer son voyage.


Oui Tat'Ysa, désolé de t'avoir monopolisé toute la matinée. Le soleil à deja bien commencé sa course. Merci d'avoir été la, j'avais besoin de parler et parler avec toi m'a fait un bien fou.

Ilona dit ça tout en regardant les flammes devorer la buche. Il ne restait plus grand chose de ce rondin qu'Ysa avait utilisé pour allimenter le feu apres l'avoir r'allumé. Ilona se mit à genoux, tendit le bras et attrapa une buche pour la jeter dans le feu. Elle ne savait pas si Ysa était partis ou si elle était encore la.

Que ce bois represente le temps qui passe et ces flammes ma determination à arriver au terme de cette attente.... Maman...

Les yeux sur les flammes devorant le bois, Ilona se promit de se durcir un peu face aux épreuves de la vie, qu'elle devait ressembler un peu plus à ce qu'on avait dit sur sa mère, mais allait elle y arriver? Peut etre devait elle se forger une carapace pour ne rien laisser paraitre aux autres... Ilona resta assise pas mal de temps. Assez longtemps pour se rendre compte qu'elle avait laissé Ysabeau debout dans la maison. Au detour d'un regard elle se rendit compte qu'elle était finalement partit. Ilona se leva et decida qu'il était temps de faire un brin de renovation chez son père... chez elle maintenant.
Cela faisait des années que les portes n'avaient pas été poussées et que la lumière du soleil n'avait pas éclairé la pièce. Quand Ilona était arrivé à Sancerre le bois était recouverts de poussière. Le temps et les saisons avait eut raison de certain meuble en bois, cela faisait des années que la cheminée n'avait pas chauffé et l'humidité avait impregné les meubles et les murs de la maison. Certain élément était en fer forgé et Ilona se rendit compte du forgeron d'exeption qu'était son vieux.
Depuis ce temps ou elle était revennu elle n'avait pas prit le temps que faire le menage et il fallait s'y mettre. La maison ne lui servait que de lieu ou dormir, sinon le reste du temps elle vivait dehors. Elle decida se prendre un seau et de se rendre au puit pour chercher de l'eau. Pour le reste, de vieux vetements usagés feraient l'affaire en guise de chiffons.
Le temps dehors était glaciale, l'hiver cette année était rude mais pas autant rude que ce qu'elle avait connu dans les montagnes hélvètes quand elle vivait à Murten. Le soleil rechauffait à peine. Ilona alla remplir son seau et retourna ensuite dans la maison ou la chaleur regnait. Elle se mit au travail et ça allait durer le restant de la journée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysabeau
Conseiller municipal
avatar

Nombre de messages : 8487
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   Mer 15 Fév 2012 - 13:01

Nous ferons attention, Ilona, je te le promets, et reviendrons enrichis de nouvelles connaissances, de nouvelles personnes rencontrées, de nouvelles expériences.
Je te rassure nous voyageons en groupe, avec Clealan et Ary... d'autres peut-être nous rejoindront
Au revoir ma belle, prends soin de toi. Je te donnerai de nos nouvelles promis !
Et sache que tu ne me déranges jamais.


Elle embrassa Ilona et s'en fut chez elle terminer les préparatifs du départ.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chez Ilona, N° 03, Rempart des aristoteliciens (Astaroth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 27 sur 28Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soirée du Vendredi 27 aout 2010 chez Blutch
» Quelques "Case Blue" chez MMP
» du nouveau chez ubisoft
» Un elfe chez les nains
» Envoi de SMS gratuits depuis Chez Patapwet avec Google Agenda !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la mairie de Sancerre RR :: Village de Sancerre :: Habitations de Sancerre-
Sauter vers: